L'UEFA perquisitionnée dans l'affaire « Panama Papers »

le
0

L’UEFA a indiqué que son siège à Nyon avait été perquisitionné mercredi par la Police Fédérale Suisse, qui enquête sur les liens de la Confédération européenne avec la société offshore Cross Trading, révélés dans l’affaire « Panama Papers ».

L’UEFA a opté pour la transparence. Quelques heures seulement après les révélations de la presse européenne, dont Le Monde, la Police Fédérale Suisse a perquisitionné le siège de la Confédération à Nyon. Ce que l’UEFA a confirmé elle-même. « Nous avons reçu une visite de la Police Fédérale Suisse qui a agi sous mandat et requis de consulter les contrats entre l’UEFA et Cross Trading/Teleamazonas, a-t-elle indiqué dans un communiqué. Naturellement, l’UEFA a produit à la Police Fédéral tous les documents en notre possession et coopérera pleinement. » Les contrats en question concerne l’attribution des droits TV pour la Ligue des Champions et la Ligue Europa.

L’image d’Infantino écornée

Une affaire qui implique Gianni Infantino, d’après les informations Süddeutsche Zietung. Le nouveau président de la FIFA était responsable juridique de l’UEFA au moment de la signature des contrats, en 2006 et 2007. Il est suspecté qu’ils aient été négociés bien en deçà des prix du marché avant que les droits soient revendus trois fois plus cher dans la foulée. Derrière Cross Trading, domiciliée à alors dans le paradis fiscal qu’est l’île de Niue, se trouvent Hugo et Mariano Jinkis, inculpés dans l’affaire de corruption ayant secoué la FIFA. Cette affaire écorne l’image d’Infantino, même s’il n’y est pas impliqué à titre personnel en l’état actuel des révélations. Même si ce n’est peut-être qu’un début.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant