L'UE veut punir les USA pour leurs subventions à Boeing

le
0
L'UE DEMANDE À L'OMC DE SANCTIONNER LES ÉTATS-UNIS POUR LES SUBVENTIONS À BOEING
L'UE DEMANDE À L'OMC DE SANCTIONNER LES ÉTATS-UNIS POUR LES SUBVENTIONS À BOEING

par Tom Miles

GENEVE (Reuters) - L'Union européenne a demandé à l'Organisation mondiale du commerce le droit d'imposer aux Etats-Unis des sanctions commerciales pouvant aller jusqu'à 12 milliards de dollars (9,32 milliards d'euros) par an, en réplique à des subventions illégales versées à Boeing.

Bruxelles a déposé mardi une nouvelle plainte auprès de l'OMC en accusant Washington de ne pas avoir appliqué une précédente décision lui demandant de ne plus verser d'aides publiques à l'avionneur américain.

Le chiffre de 12 milliards de dollars est basé "sur des estimations des dommages subis par l'Union européenne du fait d'une concurrence injuste et partiale de la part de ce secteur aux Etats-Unis", déclare l'UE dans un communiqué.

L'Union européenne et les Etats-Unis se livrent depuis sept ans une guerre commerciale autour des subventions accordées respectivement à Airbus (groupe EADS) et à Boeing.

Dans le cadre de ce conflit, l'OMC a jugé que les deux entreprises avaient reçu des milliards de dollars de subventions illégales pour soutenir leurs activités aéronautiques civiles.

La demande européenne de sanctions annoncée jeudi par l'OMC est une réponse à une démarche similaire des Etats-Unis, qui ont demandé en mars le droit d'imposer à l'UE des sanctions pouvant aller jusqu'à 10 milliards de dollars.

UN MONTANT JUSTIFIÉ, DIT AIRBUS

Airbus a estimé dans un communiqué que le montant des sanctions avancé par l'UE se justifiait par l'effet qu'avaient eu les subventions, sans lesquelles, selon le constructeur européen, son rival américain n'aurait jamais pu lancer le Boeing 787.

Pour Airbus, Boeing porte la responsabilité du conflit en cours.

"Nous regrettons que Boeing poursuive un conflit juridique qui aurait dû être résolu depuis longtemps par consentement mutuel", a dit une porte-parole d'Airbus.

"Nous avons fait des propositions à plusieurs reprises, mais nous sommes disposés à continuer le combat si c'est ce que souhaite la partie adverse", a-t-elle ajouté.

Le gouvernement français a dit souhaiter lui aussi la fin des hostilités.

"Les entreprises aéronautiques doivent jouer à armes égales dans la compétition internationale", écrivent Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, et Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports, dans un communiqué commun.

"Ce conflit dure depuis trop longtemps maintenant. Il faut y mettre un terme et rétablir une concurrence loyale. C'est primordial pour les entreprises européennes et pour l'emploi", ajoutent-ils.

Les services du représentant américain au Commerce n'ont fait aucun commentaire dans l'immédiat.

Avec Patrick Vignal à Paris, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant