L'UE veut agir pour une concurrence loyale dans l'aérien

le
0
    BRUXELLES, 7 décembre (Reuters) - La Commission européenne a 
annoncé lundi envisager de nouvelles mesures pour assurer une 
concurrence loyale sur le marché du transport aérien face à 
l'émergence de compagnies extérieures à l'Union, afin de 
favoriser la compétitivité du secteur.  
    Dans sa "stratégie de l'aviation pour l'Europe", l'exécutif 
communautaire demande aux gouvernements nationaux de lui 
accorder un mandat pour engager des discussions avec un certain 
nombre de pays dont la Chine, la Turquie, les Emirats arabes 
unis (EAU), le Koweït et le Qatar.  
    Les pourparlers avec les pays du Golfe pourraient être 
délicats car les compagnies européennes "historiques", comme Air 
France-KLM  AIRF.PA  et Lufthansa  LHAG.DE  reprochent depuis 
longtemps déjà leurs concurrents de la région de bénéficier 
d'aides publiques indues. 
    Premières visées, Emirates et Etihad rejettent ces 
allégations.  
    La stratégie élaborée par la commissaire européenne aux 
Transports, Violeta Bulc, et le vice-président de la Commission 
pour l'union de l'énergie, Maros Sefcovic, regroupe différentes 
mesures censées répondre aux contraintes de capacités de 
certains aéroports, éviter la congestion des infrastructures ou 
encore réglementer l'usage des drones.  
    "Elle préservera la compétitivité des entreprises 
européennes en leur offrant de nouvelles possibilités 
d'investissement et de nouveaux débouchés commerciaux", a 
déclaré Violeta Bulc, citée dans un communiqué.  
     
    CLARIFIER LES RÈGLES DE CONTRÔLE DES COMPAGNIES 
    Le secteur du transport aérien contribue à hauteur de 110 
milliards d'euros au produit intérieur brut (PIB) de l'UE.  
    Les cinq principaux acteurs européens du transport aérien 
(Air France-KLM  AIRF.PA , EasyJet  EZJ.L , International 
Airlines Group  ICAG.L , Lufthansa  LHAG.DE  et Ryanair  RYA.I ) 
ont salué les annonces de la CE tout en jugeant que "la priorité 
doit aller à des mesures concrètes et quantifiables qui 
favorisent les compagnies aériennes européennes et les clients 
en permettant plus de vols et une baisse des tarifs". 
    "Les redevances aéroportuaires ont augmenté de plus des deux 
tiers au cours des dix dernières années", soulignent les 
compagnies. 
    La Commission prévoit d'édicter l'an prochain des règles 
claires sur le contrôle des compagnies aériennes de l'Union dans 
le but de clarifier le statut des actionnaires et des compagnies 
elles-mêmes. 
    L'UE interdit pour l'instant à un investisseur étranger à 
l'Union de détenir plus de 49% du capital d'une compagnie 
européenne mais les règles en matière de contrôle effectif 
restent floues. Etihad, par exemple, détient 29% de la compagnie 
allemande Air Berlin  AB1.DE  et 49% d'Alitalia.  
    Parmi les questions auxquelles la Commission entend 
s'attaquer figurent aussi l'épineux dossier des salariés de 
compagnies aériennes basés dans des pays à bas salaires, y 
compris en Asie, ou sous contrat avec des sous-traitants plutôt 
qu'avec la compagnie elle-même.  
     
 
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
Le communiqué de la CE    http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-6144_fr.htm 
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (Julia Fioretti; Marc Angrand pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant