L'UE va prolonger ses sanctions contre Moscou, vise de nouvelles mesures

le
2

BRUXELLES, 28 janvier (Reuters) - L'Union européenne va prolonger de six mois les sanctions imposés en mars dernier à la Russie en riposte à l'annexion de la Crimée, élargir sa liste noire des personnalités visées et préparer de nouvelles mesures en réaction à l'intensification des combats dans l'est de l'Ukraine, selon un projet de déclaration. Ce texte doit être validé jeudi à Bruxelles lors d'une réunion convoquée en urgence des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Huit. "Compte tenu de la dégradation de la situation, le conseil (des affaires étrangères) convient d'étendre les mesures de restriction visant des personnes et des entités qui menacent ou nuisent à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine, adoptées en mars 2014 et par conséquent prolongées jusqu'en septembre 2015", peut-on lire dans ce projet de conclusion. "En outre, il demande au Service européen pour l'action extérieure (SEAE) et à la Commission de présenter dans un délai d'une semaine une proposition de décision sur des listes additionnelles", poursuit le projet consulté par Reuters. Le document fait également état de preuves d'une responsabilité russe dans l'aggravation des combats entre l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine. Il appelle la Russie à mettre en oeuvre le Protocole de Minsk, un plan de sortie de crise signé en septembre dans la capitale biélorusse qui prévoit notamment un arrêt immédiat des combats. (Francesco Guarascio; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le mercredi 28 jan 2015 à 13:50

    je n'aime pas Poutine mais les russes le soutiennent et c'est ainsi.

  • charleco le mercredi 28 jan 2015 à 13:38

    L'Europe est à côté de la plaque, elle marche sur la tête. Il faut prendre nos distances avec les USA (et l'OTAN) et nous rapprocher de la Russie. Nous n'avons rien à attendre de bon des USA : ils n'en ont rien à faire de l'Europe.