L'UE va demander de nouvelles modifications au budget italien

le
0

BRUXELLES, 14 novembre (Reuters) - La Commission européenne va vraisemblablement demander à l'Italie d'apporter de nouvelles modifications à son projet de budget 2015, a déclaré vendredi une source européenne, une exigence qui irait à l'encontre de la volonté de Rome de cesser de prendre des mesures d'austérité. Le gouvernement italien, tout comme le gouvernement français d'ailleurs, avaient déjà dû apporter le mois dernier des modifications de dernière minute, allant dans le sens d'une accentuation de la réduction des déficits, à leurs projets de budgets. Bruxelles avait alors provisoirement validé ces projets et le président du Conseil italien s'était montré confiante sur le fait qu'il ne serait pas demandé à Rome en faire davantage. ID:nL5N0SN3L8 Depuis 2013, les pays de la zone euro sont tenus de présenter au plus tard le 15 octobre leur projet de loi de Finances pour l'exercice suivant et la Commission a ensuite deux semaines pour rendre son avis. Bruxelles estime que Rome doit resserrer les boulons du budget, compte tenu d'une dette qui atteint plus de 130% du PIB, la plus élevée de la zone euro après celle de la Grèce. Mais pour Matteo Renzi, la dette a gonflé en raison d'une récession persistante aggravée par les politiques d'austérité. L'Italie a confirmé vendredi qu'elle restait à la traîne parmi les grandes économies de la zone euro avec une nouvelle contraction de son produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre, le 13e consécutif sans croissance, alors que l'activité a repris en Allemagne et en France, même modestement. ID:nL6N0T426G La première version du budget 2015 concocté par le gouvernement de Matteo Renzi, avec notamment une baisse de la fiscalité, devait permettre à l'Italie de sortir durablement de la récession. Mais, malgré les premières modifications, la source européenne déjà citée a vdéclare que le compte n'y était pas, précisant que la Commission devrait se prononcer à la fin du mois. En théorie, Bruxelles peut réclamer de nouvelles modifications d'un projet de budget si elle juge insuffisantes les mesures prévues et peut aller jusqu'à infliger une sanction financière à l'Etat concerné. En pratique, jamais un exécutif européen n'est allé aussi loin, des discussions en coulisses ayant toujours permis d'aboutir à un compromis. (Francesco Guarascio, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux