L'UE redit sa politique concernant les biens des colonies juives

le
0
    BRUXELLES, 18 janvier (Reuters) - L'Union européenne a 
réaffirmé lundi lors d'une réunion de ses ministres des Affaires 
étrangères que les marchandises produites dans les colonies 
israéliennes installées dans les territoires palestiniens 
occupés devaient être clairement étiquetés. 
    Les ministres ont indiqué que les directives pour les 
produits alimentaires et autres, qui ont été annoncées en 
novembre dernier et considérées comme discriminatoires par 
Israël, étaient là pour expliciter le droit européen et ne 
constituaient pas un changement dans la position de l'UE 
vis-à-vis des implantations juives. 
    "L'UE et ses Etats membres sont déterminés à assurer une 
application totale et efficace de la législation existante de 
l'UE et des accords bilatéraux applicables aux produits des 
colonies", ont déclaré les ministres dans un communiqué. 
    Les ministres ont réaffirmé la position de l'UE, à savoir 
que les territoires occupés par Israël depuis la Guerre des 
Six-Jours en 1967, soit la Cisjordanie, Jérusalem-est et le 
plateau du Golan, ne font pas partie des frontières d'Israël 
internationalement reconnues. 
    De ce fait, les biens venant de ces territoires ne peuvent 
être étiquetés "fabriqués en Israël" et doivent être étiquetés 
comme venant des colonies, que l'UE considère illégales du point 
de vue du droit international. 
    En réponse, le ministère israélien des Affaires étrangères a 
accusé l'UE de continuer à avoir deux poids deux mesures 
vis-à-vis d'Israël en ignorant le rôle des Palestiniens dans 
l'échec des négociations de paix ainsi que quelque 200 autres 
conflits territoriaux dans le monde. 
    L'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a salué 
la déclaration des ministres et a appelé à une implication plus 
grande de l'UE. 
    Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont critiqué 
les deux parties lors des attaques au couteau menées par les 
Palestiniens ces quatre derniers mois, condamnant les meurtres 
des deux côtés. 
    "Les mesures de sécurité ne peuvent à elles seules arrêter 
le cycle de la violence", ont déclaré les ministres, appelant à 
"un changement fondamental de politique de la part d'Israël en 
ce qui concerne les territoires palestiniens occupés."     
 
 (Robin Emmott; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant