L'UE prête à accuser Gazprom de pratiques anti-concurrentielles

le
1

BRUXELLES, 23 septembre (Reuters) - La Commission européenne devrait accuser le producteur de gaz russe Gazprom GAZP.MM de pratiques anti-concurrentielles au terme d'une enquête qui a duré deux ans, a déclaré mardi Joaquin Almunia, commissaire à la Concurrence. Gazprom, premier producteur mondial de gaz et fournisseur essentiel de nombre de pays européens, est dans le viseur de Bruxelles depuis septembre 2012. Les autorités de la concurrence accusent la société de surfacturer ses clients basés en Europe de l'Est, d'empêcher l'émergence d'autres fournisseurs et de gêner la libre circulation de gaz à travers l'Union européenne. Gazprom avait déclaré cette année être prêt à régler l'affaire à l'amiable mais les discussions avec la Commission européenne ont achoppé sur la question des prix du gaz. Joaquin Almunia, qui quittera ses fonctions à la fin du mois d'octobre, a dit à des élus européens qu'il préparait un "communiqué des griefs", un document exposant dans le détail les faits et pratiques reprochés à Gazprom. Il y a près d'un an, le commissaire de la Concurrence avait déjà dit être prêt à accuser formellement le géant russe Gazprom d'entrave à la concurrence. ID:nL6N0HT0SK Une telle décision qui pourrait déboucher sur une amende de plus de 10 milliards d'euros pour le monopole russe des exportations de gaz. La possibilité d'une mise à l'index de Gazprom interviendrait dans un contexte de relations déjà très tendues entre l'Occident et la Russie en raison du rôle joué par Moscou dans la crise ukrainienne. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont déjà pris des sanctions contre des pans entiers de l'économie russe, mais, à ce stade, Gazprom y a échappé. (Foo Yun Chee, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • van-cail le mardi 23 sept 2014 à 14:44

    10 milliards d'amende on croit rêver; p.q. pas 100 pour renflouer l'Europe? Et les rendre aux plus pauvres?