L'UE presse Cameron de changer de ton

le
0
Le «nouveau contrat» avec l'Europe réclamé par Londres inquiète les responsables de l'Union et les milieux d'affaires.

L'Europe s'est déchirée deux ans pour finalement garder la Grèce dans le club, elle ne tient pas à sombrer dans une incertitude encore plus dévastatrice sur le statut du Royaume-Uni. À l'approche d'un discours décisif de David Cameron sur le «nouveau contrat» qu'il entend arracher à l'UE, ses partenaires l'invitent publiquement à revoir ses ambitions en baisse.

François Hollande et Angela Merkel avaient déjà indiqué que l'Europe est un engagement qui ne se vit pas à la carte. C'est désormais au tour d'interlocuteurs proches et d'ordinaire plus consensuels de monter en ligne contre le premier ministre conservateur.

L'Irlande souhaite clairement le maintien du Royaume-Uni, parce qu'il «s'agit d'un acteur essentiel» et que sa mise à l'écart «serait désastreuse pour toute l'UE», dit le premier ministre Enda Kenny. Mais il ajoute: «Je...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant