L'UE pourrait sanctionner les déficits espagnol et portugais

le
0
    BRUXELLES, 25 avril (Reuters) - La Commission européenne 
envisage de pénaliser l'Espagne et le Portugal pour avoir raté 
leurs objectifs en matière de réduction des déficits budgétaires 
mais elle devrait aussi leur accorder des délais supplémentaires 
pour ramener leurs déficits dans les limites fixées, a-t-on 
appris de sources proches du dossier.  
    Imposer des amendes pour dépassement des objectifs de 
déficits budgétaires serait une décision sans précédent depuis 
la mise en place de ces règles en vue de la création de l'euro.  
    La Commission pourrait toutefois recommander que la sanction 
reste symbolique, de sorte que le montant des amendes, qui 
peuvent en théorie aller jusqu'à 0,2% du produit intérieur brut 
(PIB), soit 2,16 milliard d'euros pour l'Espagne et 359 millions 
d'euros pour le Portugal, serait en fait fixé à zéro. 
    "Il y a une chance que la Commission recommande des 
sanctions et qu'en même temps elle recommande qu'elles soient 
ramenées à zéro pour cent", a dit un responsable européen. 
    Une telle solution refléterait la double volonté de la 
Commission d'appliquer les règles et d'accroître la pression en 
provoquant un embarras politique, tout en évitant de pénaliser 
financièrement des pays qui sont déjà en difficulté. 
    L'Espagne devait ramener son déficit budgétaire à 4,2% du 
PIB l'an dernier, contre 5,9% en 2014, mais a annoncé la semaine 
dernière qu'il s'était élevé dans les faits à 5,1%. Pour l'année 
2016, l'objectif est à 2,8% du PIB.  
    Vu l'ampleur du dépassement, le délai accordé à Madrid 
pourrait aller au-delà d'un an, selon les sources. 
    Le déficit du Portugal a quant à lui atteint 4,4% en 2015, 
nettement mieux que les 7,2% de 2014. Hors dépenses 
exceptionnelles pour soutenir ses institutions financières, le 
déficit du pays s'est élevé à 2,8% l'an dernier, ce qui reste 
supérieur à l'objectif de 2,5% fixé par les ministres des 
Finances européens. 
    De plus, la réduction du déficit structurel portugais a été 
loin d'atteindre l'objectif de 0,5% du PIB par an.   
    La Commission doit publier ses recommandations sur ces deux 
pays au cours de la deuxième quinzaine de mai mais aucune 
décision n'a été prise pour l'instant. 
    Selon les sources, certains membres de la Commission sont 
opposés à l'idée d'imposer des sanctions. 
 
 (Jan Strupczewski; Juliette Rouillon pour le service français, 
édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux