L'UE ne peut pas laisser la Grèce s'effondrer, dit Varoufakis

le , mis à jour à 12:58
5

par Lefteris Karagiannopoulos ATHENES, 4 juillet (Reuters) - L'Union européenne perdra un millier de milliards d'euros si elle permet un effondrement de la Grèce, a averti samedi le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, en accusant les créanciers d'Athènes de "terroriser" les Grecs. Au terme d'une semaine de fermeture des banques, les électeurs grecs sont appelés dimanche à dire par référendum s'ils acceptent ou non les propositions des créanciers internationaux, censées, sous certaines conditions, permettre à Athènes d'obtenir de nouvelles aides financières alors qu'elle n'est plus en mesure de rembourser ses dettes. S'adressant vendredi soir à une foule de plus de 50.000 personnes massées place Syntagma, dans le centre d'Athènes, le Premier ministre, Alexis Tsipras, chef de file de la gauche anti-austérité incarnée par le parti Syriza, a appelé une nouvelle fois à voter "non" dimanche. Au même moment, les partisans de "oui" tenaient un meeting dans l'ancien stade olympique d'Athènes, non loin de là. Une série de sondages rendus publics vendredi a donné au camp du "oui" un léger avantage sur celui du "non"; une seule enquête a placé le "non" en tête. Pour Yanis Varoufakis, l'enjeu pour l'Europe est trop important pour que l'UE laisse tomber la Grèce. A la question de savoir s'il est certain qu'un accord finira par être conclu, même si les Grecs votent "non" au référendum, il s'est déclaré certain que cela sera le cas : "Aussi bien pour la Grèce que pour l'Europe, j'en suis sûr. Si la Grèce s'effondre, un millier de milliards d'euros (l'équivalent du PIB de l'Espagne) partiront en fumée. Cela fait beaucoup trop d'argent et je ne pense pas que l'Europe puisse se le permettre", dit-il. "Ce qu'ils (les créanciers internationaux) font avec la Grèce porte un nom: le terrorisme", dit-il dans une interview que publie samedi le journal espagnol El Mundo. "Pourquoi nous ont-ils forcés à fermer les banques? Pour faire peur aux gens. Et lorsqu'on sème la terreur, cela s'appelle du terrorisme". UN "GREXIT" SUPPORTABLE, ESTIME L'AUTRICHE Yanis Varoufakis s'est également dit sûr que les banques grecques, fermées depuis le début de cette semaine, rouvriront mardi, quelle que soit l'issue du référendum. Les 18 partenaires d'Athènes au sein de la zone euro estiment qu'ils pourront sans difficulté encaisser les retombées d'une sortie de la Grèce, qui ne représente qu'à peine 2% du PIB du bloc. Une victoire du "non" dimanche serait cependant un coup dur pour le prestige du grand projet européen d'intégrer les pays au sein d'une union monétaire et politique indestructible. "Pour l'Europe, cela sera facile à gérer économiquement. Pour la Grèce, en fait, cela sera considérablement plus sérieux", explique le ministre autrichien des Finances, Hans Jörg Schelling, dans une interview que publie samedi le site internet du journal Die Presse. "On est en pleine guerre de propagande. Il est exagéré de penser que tous les Grecs se retrouveront à la rue et n'auront plus accès aux soins médicaux", a-t-il ajouté. Quelle que soit l'issue du référendum de dimanche, le pays devra négocier un nouveau plan d'aide, assorti de nouvelles conditions, ajoute le ministre autrichien. "Un nouveau plan d'aide devra être lancé. L'ancien est caduc et ne pourra pas être prorogé. Et un nouveau plan d'aide nécessite du temps. De plus, il ne peut y avoir de nouveaux prêts sans conditions", poursuit le ministre des Finances. "Même si l'on avait affaire à l'effondrement de quelques banques, le risque de contagion serait relativement faible", dit de son côté son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, interrogé par le journal Bild. "Les marchés ont réagi avec retenu ces derniers jours. Cela montre que le problème est gérable", poursuit-il. Pour le ministre allemand, les Grecs décideront dimanche par référendum si leur pays conservera l'euro ou non, au moins temporairement. "La Grèce est membre de la zone euro. Nul doute à cela. Que ce soit avec l'euro ou temporairement sans: seuls les Grecs peuvent répondre à cette question. Et il est clair que nous ne laisserons pas ce peuple en plan", dit-il. Dans une tribune publiée par plusieurs journaux européens, l'ex-président de la Commission européenne Jacques Delors, et Pascal Lamy et Antonio Vitorino, avec lesquels il dirige l'Institut Jacques Delors-Notre Europe, plaident en faveur d'un nouveau plan d'aide à la Grèce incluant un volet financier et un réexamen de la dette d'Athènes. ID:nL8N0ZK03G (Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le dimanche 12 juil 2015 à 08:49

    Question (sote): et le jour où la France sera mal à force de tirer sans arret des traits sur des créances, on pourra compter sur les Grecs ? Je sort...

  • M9244933 le samedi 4 juil 2015 à 18:09

    Du populisme pur jus. On a des quantités d'exemples de ce que cela donne.

  • luky64 le samedi 4 juil 2015 à 15:39

    Tout à fait ! S'ils ne le sont pas déjà, ils le seront à terme, perdus les mille milliards! Arrêter de nous prendre pour des boeufs !

  • M4947935 le samedi 4 juil 2015 à 15:15

    Pour delors, Lamy et Vitorino, arrêtez de jouer avec NOTRE argent...

  • M4947935 le samedi 4 juil 2015 à 15:14

    Ridicule! ces milliards sont déjà perdus... il faut arrêter...

Partenaires Taux