L'UE ne parvient pas à un accord sur le glyphosate

le
7
L'UE NE PARVIENT PAS À UN ACCORD SUR LE GLYPHOSATE
L'UE NE PARVIENT PAS À UN ACCORD SUR LE GLYPHOSATE

BRUXELLES (Reuters) - Les pays de l'Union européenne (UE) ne sont pas parvenus jeudi à s'accorder sur la prolongation de cinq ans de la licence du glyphosate, produit controversé largement utilisé dans l'agriculture et le jardinage.

La Commission européenne a dit qu'elle soumettrait à nouveau cette proposition au vote le mois prochain.

Les inquiétudes sur le glyphosate, l'un des composants essentiels de l'herbicide Roundup de Monsanto, ont donné lieu à l'ouverture d'enquêtes aux Etats-Unis et déclenché un débat d'experts en Europe après des conclusions contradictoires.

Quatorze pays, comme les Pays-Bas et le Royaume-Unis, se sont rangés à l'avis de la Commission, un nombre insuffisant face à l'opposition de neuf pays, dont la France et la Belgique, qui ont voté contre et aux réticences des autres, notamment de l'Allemagne, qui se sont abstenus.

Pour être validée, la proposition de la Commission devait recueillir le soutien de 16 des 28 Etats membres, représentant au moins 65% de la population de l'UE.

La France milite pour une reconduction de trois ans, selon son ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

"Pour l'instant, on a ramené dans cet objectif un certain nombre de pays, pas encore suffisamment nombreux pour (...) que les trois ans soient votés", a-t-il déclaré jeudi à la presse en marge d'un déplacement.

"Peut-être qu'il faut attendre encore quelques semaines, on va muscler sur un plan juridique nos arguments pour aider la Commission et on va voir, mais on reste sur cette ligne-là ", a ajouté l'ex-animateur de télévision.

La licence actuelle d'utilisation du glyphosate expire le 15 décembre. Faute d'accord entre les gouvernements, la Commission européenne sera amenée à se prononcer.

La perspective d'une interdiction à court terme, réclamée par les défenseurs de l'environnement, suscite la crainte chez une grande partie des agriculteurs "conventionnels", qui estiment ne pas pouvoir s'en passer pour le moment.

(Phili Blenkinsop, avec Jean-Baptiste Vey et Catherine Mallebay-Vacqueur à Paris; Edité par Bertrand Boucey et Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 il y a 2 mois

    Empoisonner les gens n'est pas vraiment un progrès ni une avancée. Rien à voir avec un retour en arrière.

  • benoitdh il y a 2 mois

    Désolé,le commentaire s'arrête à Amishs

  • benoitdh il y a 2 mois

    Être excessif dans les jugements me semble davantage desservir la cause que l'on défend que la promouvoir.Si on continue comme cela,il faut revenir au temps des Amishs A quand nousN

  • mark92 il y a 2 mois

    Incroyable Monsanto. Et maintenant c'est Bayer qui va polluer ?? Stop au glyphosate et pas dans 3 ans. Immédiat et il faut virer les stocks, y compris dans les fournisseurs. Ou ils vont encore polluer les champs ??

  • oban07 il y a 2 mois

    l'argent n'a pas d'odeur

  • BobMax7 il y a 2 mois

    Faute de frappe ' remplacer "arrête" par "arpente"

  • BobMax7 il y a 2 mois

    Pourquoi tolérer que l'on continue à nous empoisonner.Qu'on arpente dès aujourd'hui la vente de ce produit criminel.Les agriculteurs et vendeurs de ce produits sont des criminels.