L'UE n'envisage pas de sanctions contre Israël-Mogherini

le
2

BRUXELLES, 17 novembre (Reuters) - L'Union européenne n'envisage pas de sanctions contre Israël contrairement à ce que laissait penser un document interne évoqué par la presse israélienne lundi, a annoncé Federica Mogherini, Haute Représentante de l'UE pour la diplomatie. Le quotidien Haaretz annonçait lundi avoir obtenu un document interne de l'Union européenne portant sur des sanctions possibles, si Israël continuait à prendre des mesures de nature à remettre en cause la création d'un Etat palestinien viable. Ces mesures auraient pu viser des entreprises européennes contribuant aux activités israéliennes de colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Federica Mogherini a expliqué que ce document se résumait à "une hypothèse technique de travail". Les discussions des ministres européens des Affaires étrangères, lundi à Bruxelles, ont davantage porté "sur les moyens d'engager un processus positif avec les Israéliens et les Palestiniens pour relancer le processus de paix", a ajouté la diplomate italienne. "Il ne s'est aucunement agi d'isoler ou de sanctionner quiconque", a-t-elle poursuivi. Dans un communiqué consacré à la situation au Proche-Orient, les ministre européens ont déploré les projets de nouvelles constructions israéliennes dans les territoires occupés. "Les initiatives remettant en question les engagements en faveur d'une solution négociée doivent être évitées", précise le texte. "Nous allons oeuvrer à la mise en place d'un cadre régional pour travailler non seulement avec les Etats-Unis mais également avec certains pays arabes clés", a dit Mogherini. (Adrian Croft; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • margot99 le mardi 18 nov 2014 à 00:33

    lamentable cette complicité avec les envahisseurs terroristes!

  • charleco le lundi 17 nov 2014 à 21:22

    Au lieu de sanctionner Poutine, il vaudrait mieux sanctionner Netanyaou. Pour Israël, les USA sont complices, pour Poutine, nous sommes complices des USA. Le monde à l'envers.