L'UE maintient ses sanctions contre la Russie

le
1

(Précisions, contexte) par Adrian Croft et Robin Emmott BRUXELLES, 30 septembre (Reuters) - Les pays de l'Union européenne, tout en évoquant des éléments "encourageants" sur le terrain, ont décidé mardi de maintenir les sanctions décrétées contre la Russie pour son soutien aux séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine. La décision a été prise au niveau des ambassadeurs des Vingt-Huit, réunis à Bruxelles pour parler de la crise ukrainienne et notamment du cessez-le-feu conclu à Minsk (Biélorussie) le 5 septembre entre forces ukrainiennes et séparatistes pro-russes. Les sanctions européennes visent des entreprises des secteurs de la finance, de l'énergie et de la défense, gelant les avoirs de quelque 140 sociétés et personnalités russes. Les Européens n'ont pas exclu de les amender, de les suspendre, voire de les annuler, en fonction de l'évolution de la situation dans l'est de l'Ukraine. "Nous maintenons le statu quo", a déclaré mardi un responsable européen. "Personne n'a même évoqué la possibilité (de lever les sanctions) étant donné la situation sur le terrain", a dit un autre responsable. Les ambassadeurs ont toutefois noté que "des développements encourageants avaient été constatés dans le processus politique et dans la mise en oeuvre de certains aspects du Protocole de Minsk", a dit Maja Kocijancic, porte-parole de l'Union. "D'autres parties de ce même protocole doivent être convenablement appliquées", a-t-elle cependant ajouté. AIDE DE L'UE AUX PRODUCTEURS DE FRUITS ET LÉGUMES Les ambassadeurs ont demandé à l'UE de continuer à surveiller l'évolution de la situation en Ukraine jusqu'à la fin octobre, lorsque la question des sanctions contre Moscou sera de nouveau examinée. Le cessez-le-feu dans l'Est ukrainien a été violé à plusieurs reprises depuis le 5 septembre mais ces heurts n'ont pas provoqué une reprise du conflit. Dimanche, sept soldats ukrainiens ont été tués lorsqu'un obus a touché leur véhicule blindé. ID:nL6N0RU207 L'Otan a reconnu la semaine dernière que la Russie avait retiré une grande partie de ses troupes d'Ukraine mais que des soldats russes se trouvaient toujours en territoire ukrainien et que des milliers d'autres stationnaient à la frontière. La Commission européenne a annoncé mardi de nouvelles mesures, pour un montant de 165 millions d'euros, de soutien aux producteurs de fruits et de légumes touchés par les mesures de rétorsion prises le mois dernier par la Russie. Pour répondre aux sanctions occidentales, Moscou a imposé un embargo d'une année sur la viande, le poisson, les produits laitiers, les fruits et les légumes en provenance des Etats-Unis, de l'Union européenne, du Canada, de l'Australie et de la Norvège. Les exportations agricoles de l'UE vers la Russie représentent environ 11 milliards d'euros par an, soit en gros 10% des ventes agricoles de l'Union. (Avec Tom Korkemeier et Jan Strupczewski; Bertrand Boucey et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le mardi 30 sept 2014 à 20:23

    Le contraire aurait été étonnant, les caniches d'Obama ne pouvaient se permettre de faire autrement. Mais le processus est en marche, quoi qu'il en fasse, la Chine et la Russie entre autres vont devenir d'importantes puissances militaires. Nos pays, sur la dérive, n'ont qu'à bien se tenir. Dans 10/15 ans avec 100 millions d'immigrés ce sera, en Europe, pire qu'au Moyen Orient actuellement.