L'UE et les États-Unis vont négocier un accord de libre-échange

le
0
En cas de succès, des baisses de coût importantes pourraient bénéficier aux industries manufacturières comme l'automobile. Mais les discussions les plus difficiles porteront sur les services et l'agriculture.

Il s'agit de stimuler, face à la croissance de l'Asie, un hémisphère occidental qui pèse la moitié de la richesse de la planète mais seulement un tiers du commerce mondial. Les vingt pays de l'UE s'y sont engagés pour 2013, lors d'un sommet cet automne. La décision politique est attendue d'ici à quelques semaines des deux côtés de l'Atlantique. Les bénéfices ne font guère de doute aux yeux des industriels et des milieux d'affaires. L'investissement américain en Europe est trois fois plus élevé qu'en Asie. Pour les investisseurs européens, les États-Unis pèsent huit fois plus lourds que la Chine et l'Inde prises ensemble. Sur le plan commercial, l'UE approche le tournant en bonne posture: elle a exporté pour 260 milliards d'euros outre-Atlantique en 2011, ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant