L'UE et le FMI ont rendu une évaluation positive du plan grec-sce

le
1

(Actualisé avec précisions, contexte) BRUXELLES, 11 juillet (Reuters) - La Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international ont donné un avis positif sur les réformes proposées par le gouvernement grec pour permettre d'ouvrir des négociations sur un nouveau plan de renflouement du pays, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier. Parallèlement, le Parlement grec était en séance samedi pour débattre de ces propositions, envoyées jeudi soir par le Premier ministre Alexis Tsipras, en contrepartie d'une aide financière qu'il souhaite à hauteur de 53,5 milliards d'euros sur les trois prochaines années. Outre leur évaluation positive, les experts de la BCE, de la CE et du FMI ont chiffré à 74 milliards d'euros les besoins financiers de la Grèce pour faire face à ses obligations. Ces deux points vont servir de base à une réunion de l'Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro qui se tiendra samedi à Bruxelles à partir de 15h00 (13h00 GMT). Une source au sein de la zone euro, qui s'était montrée sceptique sur l'engagement du gouvernement de la gauche radicale à un nouveau programme de réformes, a déclaré qu'il était désormais "100% certain" que les ministres seront d'accord pour lancer des négociations. Parallèlement, ils étudieront aussi une aide à court terme pour dépanner la Grèce en attendant que le nouveau prêt sur trois ans sollicité par Alexis Tsipras ait été accepté et que les fonds soient effectivement déboursés. L'ALLEMAGNE INQUIÈTE Les dirigeants de la zone euro devraient aussi discuter de la demande grecque qu'une partie de sa dette, qui représente 175% de son produit intérieur brut (PIB), soit rééchelonnée. L'Allemagne, principal pays contributeur aux deux plans d'aide précédents à la Grèce, a semblé inquiète vendredi après la présentation par Alexis Tsipras de ses propositions, qui ressemblent beaucoup à celles rejetées par les Grecs par référendum dimanche dernier. Mais la France, principal soutien de la Grèce parmi les grande puissances de la zone euro, a salué les nouvelles propositions. Le président François Hollande les a qualifiées de "sérieuses et crédibles". Le ministre néerlandais des Finances et président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a estimé que le plan envoyé par le Premier ministre grec étaient exhaustif, mais n'a pas voulu donner de commentaires précis. Elu en janvier pour mettre fin à l'austérité qui était la condition d'octroi des deux précédents plans de sauvetage, Alexis Tsipras a demandé au Parlement grec de voter en faveur de ses propositions. Les Grecs indépendants, le parti de la droite souverainiste qui soutient le gouvernement Tspiras, ont fait savoir par leur président qu'ils voteraient les réformes voulues par le Premier ministre de la gauche radicale "le coeur lourd". Sans accord sur un nouveau programme d'aide alors que les banques grecques sont fermées et qu'un contrôle des capitaux paralyse l'activité économique du pays, la Grèce serait exposée à une sortie de fait du club des pays ayant l'euro pour devise. (Jan Strupczewski; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mege123 le samedi 11 juil 2015 à 07:46

    le trou des danaïdes ils ne feront rien c est que du bla bla et comme dab nos gouvernants sont nul pour eu tout le monde et beau et gentil de vrais naif et surtout apres moi le deluge

Partenaires Taux