L'UE et le FMI donnent plus de temps au Portugal

le
0
UN DÉLAI ACCORDÉ AU PORTUGAL POUR ATTEINDRE SES OBJECTIFS BUDGÉTAIRES
UN DÉLAI ACCORDÉ AU PORTUGAL POUR ATTEINDRE SES OBJECTIFS BUDGÉTAIRES

par Sergio Goncalves et Daniel Alvarenga

LISBONNE (Reuters) - L'Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international ont accepté mardi d'assouplir les objectifs budgétaires fixés au Portugal dans le cadre d'un programme de renflouement de 78 milliards d'euros.

Ce faisant, Lisbonne aura plus de temps pour atteindre les objectifs, dans un contexte économique de récession accrue.

Cela étant, cette décision n'est pas forcément une bonne nouvelle pour la coalition gouvernementale de centre-droit qui s'est attachée à respecter les objectifs à tout prix et en a fait la justification d'une politique d'austérité qui a plongé le Portugal dans sa pire récession depuis les années 70.

"Le but de ce changement est d'ajuster le programme à une réalité interne et externe différente de ce que l'on anticipait à l'origine", a déclaré le ministre des Finances, Vitor Gaspar, à la presse à l'issue d'un examen du programme de renflouement convenu l'an passé avec les créanciers internationaux.

Le Portugal peut dorénavant afficher un déficit budgétaire de 5% du PIB cette année, de 4,5% en 2013 et de 2,5% en 2014. Auparavant, l'objectif était de 4,5% cette année et de 3% en 2013.

SUPPLÉMENT DE RIGUEUR

Le ministre a noté que la récession serait plus forte que prévu en 2013, avec une contraction du PIB de 1% après -3% attendu pour cette année. Le pays ne renouerait avec la croissance qu'au deuxième trimestre 2013, à un rythme insuffisant pour afficher une évolution positive sur l'ensemble de l'année alors que le gouvernement promettait jusqu'ici le redressement en 2013.

La détérioration a été causée par l'aggravation de la crise de la dette dans la zone euro, y compris en Espagne qui est le principal débouché pour les exportations portugaises, a-t-il souligné.

"Nous traversons une des périodes les plus difficiles de notre démocratie", a-t-il dit. "Nous voulons garantir que nous pouvons surmonter cette urgence nationale mais aussi être capable de prévenir des périodes d'instabilité financière, de récession économique et de détérioration sociale".

Vitor Gaspar a ajouté que Lisbonne devrait peut-être prendre de nouvelles mesures de rigueur cette année pour respecter les nouveaux objectifs, ajoutant que la fiscalité des plus-values financières et des dividendes serait alourdie.

L'opposition socialiste et les syndicats voient d'un mauvais oeil ce supplément de rigueur, menaçant de briser le large consensus qui existe dans le pays depuis que le plan de renflouement a été lancé.

Les deux principales confédérations syndicales du pays menacent de manifester ou d'organiser des grèves pour protester contre l'austérité et le Parti socialiste n'exclut pas de voter contre le projet de budget 2013, même si le gouvernement dispose d'une majorité au Parlement.

Le rendement de la dette portugaise à 10 ans s'établissait mardi à 8,45%, contre 8,33% la veille, en-deçà toutefois de son niveau de la semaine dernière à plus de 9,2%.

Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux