L'UE estime que l'Espagne manquera ses objectifs budgétaires

le
0

par Paul Taylor et Julien Toyer

BRUXELLES/MADRID (Reuters) - La Commission européenne annoncera vendredi que l'Espagne ne devrait pas atteindre son objectif de réduction des déficits ni cette année ni la suivante, sauf à prendre de nouvelles mesures, alors que Madrid maintient que les promesses seront tenues, apprend-on auprès de responsables espagnols et de l'Union européenne.

La CE doit annoncer vendredi ses prévisions économiques pour les 27 pays de l'UE pour 2012 et 2013, notamment en termes de croissance et de déficits.

Le gouvernement espagnol a promis de ramener son déficit public à 5,3% du produit intérieur brut (PIB) cette année, après 8,5% en 2011, et à 3% en 2013.

La Commission dira toutefois qu'à moins de changements de politique, l'Espagne affichera un déficit de 6% cette année et d'un peu moins de 4% en 2013, indiquent deux responsables de l'UE.

"Le débat actuellement ne porte pas sur la façon d'assouplir la trajectoire du déficit mais plutôt sur la façon de remplir nos engagements", a déclaré mercredi le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

Un responsable gouvernemental espagnol a affirmé qu'il n'y avait pas de projet de révision des objectifs de déficit.

"Il n'y aura pas de changement dans les objectifs et nous les atteindrons tous les deux. Nous nous tiendrons à notre trajectoire de réduction. Les réformes et le budget que nous avons présentés cette année nous mettent sur la bonne voie", a commenté ce responsable sous le sceau de l'anonymat.

RAISONNER EN DÉFICITS STRUCTURELS ?

L'objectif de déficit 2012 pour l'Espagne a déjà été assoupli par rapport au chiffre de 4,4% prévu à l'origine, parce que, au lieu de croître de 0,7% en 2012, comme la Commission européenne le prévoyait en novembre, l'économie espagnole devrait afficher une contraction de 1,7%.

En 2013, la croissance espagnole pourrait n'être que de 0,2%, selon les dernières prévisions de la CE, alors qu'elle anticipait une croissance de 1,4% en novembre.

Certains responsables à Bruxelles estiment que le chiffre de 3% de déficit pour 2013, fixé en février 2010 quand la croissance était attendue à environ 3% en 2012 et en 2013, est désormais hors d'atteinte, même s'il n'est pas question pour l'instant de le modifier.

Une possibilité, dit-on, serait d'autoriser l'Espagne à se concentrer sur le déficit structurel, plutôt que sur le chiffre nominal en 2013, comme l'a fait l'Italie qui a parlé d'équilibre budgétaire en termes structurels.

Dans les faits, cela donnerait une année de plus à l'Espagne pour atteindre l'objectif fixé. Mais il n'y pas de discussion en cours à ce sujet.

Le déficit structurel ne tient pas compte des variations conjoncturelles en matière de dépenses et de recettes ni des recettes et des données exceptionnelles.

Selon les prévisions du gouvernement, l'Espagne devait avoir un déficit structurel de 2,2% cette année et de 0,2% en 2013.

L'Espagne a annoncé en avril une augmentation de la TVA ainsi que d'autres impôts indirects dans le but d'obtenir huit milliards d'euros supplémentaires de recettes fiscales en 2013.

L'Espagne va aussi devoir résoudre la recapitalisation de son secteur bancaire de façon convaincante, ont dit des responsables européens.

L'Espagne devrait demander vendredi à ses banques de provisionner 35 milliards d'euros supplémentaires.

Danielle Rouquié pour le service français, édité par Natalie Huet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant