L'UE épingle la politique monétaire turque "contradictoire"

le , mis à jour à 18:19
0

BRUXELLES, 11 mai (Reuters) - L'Union européenne va exprimer mardi à demi-mot son mécontentement vis-à-vis de l'interventionnisme du président turc Recep Tayyip Erdogan dans la politique monétaire de son pays, selon un projet de communiqué dont Reuters a pu prendre connaissance lundi. Les ministres des Finances de l'UE publieront mardi les résultats de leur examen annuel de l'économie turque dans le cadre de la candidature d'Ankara à l'Union. La politique monétaire "contradictoire" menée par la Turquie ne parvient pas à ralentir l'inflation et devrait se concentrer sur la stabilité des prix, écrivent-ils dans le projet de communiqué en dénonçant les pressions exercées par Erdogan à l'égard de la banque centrale. Dans le document, il est souligné que la politique monétaire non conventionnelle mise en place fin 2010 par la banque centrale turque n'a pas permis de contenir l'inflation en deçà de l'objectif de 5% ni d'ancrer les anticipations d'inflation. Rappelant que la stabilité des prix est le premier objectif de la banque centrale, les ministres européens déplorent que cette dernière ait parallèlement poursuivi d'autres buts "parfois contradictoires" avec sa mission. "Il semble approprié de recommander aux autorités de laisser la politique monétaire se concentrer fermement sur la recherche de la stabilité des prix et de s'attaquer aux objectifs secondaires par le biais de mesures prudentielles, budgétaires ou structurelles", peut-on lire dans le projet de communiqué. Désireux de relancer la croissance à l'approche d'élections parlementaires en juin, le président turc fait pression sur la banque centrale pour qu'elle réduise ses taux et n'a pas hesité à qualifier de "traîtres" les partisans d'un resserrement monétaire pour défendre la livre turque. Le bras de fer entre le pouvoir politique et la banque centrale a contribué à entraîner la devise à des plus bas record et suscité des inquiétudes quant à l'indépendance de l'institut d'émission. ID:nL6N0UZ3Y0 Il est peu probable que le gouverneur de la banque centrale Erdem Basci, un ancien universitaire réputé pour son érudition économique, mette en oeuvre des baisses de taux aussi drastiques que celles souhaitées par Erdogan. Les négociations d'adhésion à l'UE entamées par la Turquie en 2005 se sont principalement heurtées à des obstacles politiques mais Ankara doit se conformer aux critères fixés par l'UE sur le plan économique dans la perspective d'une éventuelle adhésion. (Robin Emmott; Myriam Rivet pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux