L'UE envisage de nouvelles sanctions contre Moscou-Tusk

le
3

(Actualisé avec nouvelles citations et précisions) BRUXELLES, 20 février (Reuters) - Les dirigeants de l'Union européenne débattent de l'éventualité de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie en raison de son implication dans la crise en Ukraine, a annoncé vendredi le président du Conseil européen, Donald Tusk. "Je suis en train de consulter les dirigeants de l'Union européenne sur les prochaines mesures", a-t-il déclaré dans un communiqué après avoir constaté que le cessez-le-feu entré en vigueur dimanche était régulièrement violé, rendant nécessaires de nouvelles décisions. "Celles-ci auront pour objectif d'augmenter encore le prix de l'agression dans l'est de l'Ukraine, tout comme d'autres contributions à une désescalade, comme la proposition du président ukrainien sur la manière dont l'UE peut aider à améliorer la surveillance du cessez-le-feu." "Seules les paroles accompagnées de gestes permettront, au final, de nourrir l'espoir réel d'une solution politique à ce conflit", a-t-il ajouté. Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE ont décidé la semaine dernière de ne pas modifier les sanctions liées à la crise ukrainienne, dans l'attente de l'entrée en vigueur de l'accord de trêve conclu à Minsk. Mais ils ont clairement affirmé que faute de coopération de la Russie, ils pourraient décider de nouvelles sanctions lors du Conseil européen prévu le mois prochain. Le président du Conseil européen doit s'entretenir avec les dirigeants européens dans les prochains jours et se rendra à Kiev dimanche. "Des gens sont train de mourir. Nous atteignons clairement un point où de nouveaux efforts diplomatiques seront sans effet s'ils ne sont pas soutenus de manière crédible par de nouvelles actions", dit Donald Tusk dans son communiqué. "Depuis dimanche dernier, l'Union européenne a voué tous ses efforts à permettre à l'accord de Minsk II de s'appliquer, même face aux attaques impitoyables et continues des séparatistes soutenus militairement par la Russie sur Debaltseve et d'autres régions". Kiev a accusé vendredi la Russie d'avoir envoyé des renforts de chars et de troupes dans l'est de l'Ukraine. ID:nL5N0VU2HB (Robert-Jan Bartunek et Alastair Macdonald,; Pierre Sérisier et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Pathor le vendredi 20 fév 2015 à 20:25

    Mais non, il l'a lu dans le parisien, la même chose dans le figaro et au jt de 20h donc c'est forcément vrai ...:-(

  • M4661438 le vendredi 20 fév 2015 à 20:19

    Ted401 il va falloir changer vos sources d'information, vous avez tout faux !

  • jp.magne le vendredi 20 fév 2015 à 19:30

    Rappelez vous les accords de Munich ...Pour avoir la Paix ils ont accepté la Honte ! et ils ont eu la guerre ...