L'UE enrôle les géants du net dans la lutte contre les jihadistes

le
0
L'UE enrôle les géants du net dans la lutte contre les jihadistes
L'UE enrôle les géants du net dans la lutte contre les jihadistes

L'Union européenne a enrôlé les dirigeants des géants de l'internet dans sa lutte contre les jihadistes, lors d'une rencontre mercredi soir avec les ministres de l'Intérieur à Luxembourg afin de rendre la vie difficile aux agents recruteurs et empêcher la diffusion de leur propagande."Il n'est pas question de bloquer l'internet. Ce n'était pas le propos de la rencontre", a assuré jeudi matin Cecilia Malmström, la commissaire européenne aux Affaires intérieures."Il s'agissait d'un dîner informel pour discuter des moyens de coopérer. Les responsables des groupes internet ont expliqué aux ministres quelles sont leurs politiques sur le contrôle des contenus. Aucune décision n'a été prise", a-t-elle expliqué. "Il y a urgence, mais il ne faut pas se précipiter pour faire des lois ou prendre des décisions sans réfléchir", a-t-elle averti.Les ministres ont eu pour interlocuteurs des représentants de Google, Facebook, Twitter et Microsoft.Les organisations jihadistes utilisent les réseaux communautaires et les plates-formes de l'internet pour diffuser photographies et films de leurs actions et pour recruter. "Ce sont de puissants véhicules de radicalisation", a déploré le ministre italien, Angelino Alfano.Les vidéos tournées pendant la décapitation des otages sont des outils de propagande et sont également utilisées pour faire pression sur les dirigeants occidentaux engagés dans la lutte contre les jihadistes, expliquent les responsables européens.En un an, le nombre des Européens recrutés pour combattre en Syrie et en Irak est passé de quelques centaines à près de 3.000, selon les dernières données du coordinateur de la lutte anti-terroriste de l'UE, Gilles de Kerchove.L'internet permet de les localiser. Nombre de familles ont appris que leurs enfants ou leurs proches étaient partis combattre en Syrie par leurs messages postés sur Facebook et sur Twitter. - Renforcer les contrôles - Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant