L'UE doit renforcer le MES et penser aux eurobonds, dit Lagarde

le
8
CHRISTINE LAGARDE PLAIDE POUR UN RÉLÈVEMENT DES CAPACITÉS DE PRÊTS DU FMI
CHRISTINE LAGARDE PLAIDE POUR UN RÉLÈVEMENT DES CAPACITÉS DE PRÊTS DU FMI

par Noah Barkin

BERLIN (Reuters) - Les gouvernements européens doivent renforcer les moyens financiers de leurs mécanismes de soutien aux Etats en difficulté et envisager des mesures de partage des risques tels que les "euro-obligations", a déclaré lundi Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international.

Dans un discours devant le Conseil allemand des relations extérieures, à Berlin, elle a souligné que l'économie mondiale se trouvait à "un tournant décisif" nécessitant des réponses rapides et collectives.

Dans ce but, a-t-elle dit, les grandes puissance doivent soutenir une augmentation des ressources du FMI pour l'aider à répondre aux besoins de financement mondiaux, qui pourraient atteindre 1.000 milliards de dollars (770 milliards d'euros) dans les années à venir.

"Plus nous attendrons et plus la tâche sera difficile. Il n'est d'autre solution que d'avancer ensemble", a-t-elle dit, selon le texte de son discours.

"Il y a une chose que nous devons tous comprendre : c'est que nous nous trouvons aujourd'hui à un tournant décisif. Il ne s'agit pas de sauver un pays ou une région. Il s'agit d'empêcher que le monde ne se laisse happer par une spirale de dégradation économique."

Le FMI a contribué ces deux dernières années au financement de plusieurs plans d'aide à des pays de la zone euro mais, alors que la menace touche désormais de grands pays comme l'Italie, il souhaite augmenter sa capacité de prêt, actuellement estimée autour de 380 milliards de dollars.

Les pays de la zone euro se sont mis d'accord pour lui apporter près de 200 milliards de dollars, mais des Etats comme les Etats-Unis, le Canada, la Chine et le Japon sont plus réticents à apporter leur contribution à ce renflouement.

Pour Christine Lagarde, il faut augmenter de 500 milliards de dollars au plus les capacités de prêt du Fonds, en incluant dans ce montant les 200 milliards promis par l'Europe. Et les besoins de financement mondiaux pourraient atteindre 1.000 milliards au cours des prochaines.

"Je suis convaincue que nous devons renforcer la capacité de prêt de l'institution", a-t-elle dit.

PARTAGE DES RISQUES

Elle a salué les décisions prises par les gouvernements de la zone euro pour renforcer la discipline budgétaire et les mesures mises en oeuvre par la Banque centrale européenne pour fournir des liquidités à long terme aux banques, mais elle a jugé que ces dispositions ne constituaient que des "ingrédients" d'une solution globale.

Elle a mis en avant les risques de voir la hausse des coûts de financement de l'Italie et de l'Espagne déclencher une crise de liquidité, ce qui aurait des conséquences désastreuses pour la stabilité de l'ensemble du système.

"Une augmentation substantielle des ressources réelles actuellement disponibles, en passant du FESF au MES, en augmentant la taille de ce dernier et en définissant un calendrier clair et crédible pour sa mise en ouvre, serait d'un grand secours", a-t-elle ajouté en référence au Fonds européen de stabilité financière créé en 2010 et au Mécanisme européen de stabilité appelé à lui succéder cette année.

A propos du MES, elle a précisé que ses moyens, pour l'instant prévus à 500 milliards d'euros, devaient être augmentés mais pas forcément doublés.

Christine Lagarde a appelé les dirigeants européens à compléter le "pacte budgétaire" en préparation par des mécanismes de partage de risques, en évoquant plusieurs options disponibles, parmi lesquelles "l'émission de bons ou d'obligations de la zone euro" ou la création d'un fonds de remboursement de la dette.

Dans une référence apparente à l'Allemagne, elle a estimé que pour "beaucoup" de pays, "l'ajustement budgétaire peut être plus graduel", et elle a souligné l'importance d'un assouplissement monétaire "au bon moment" pour répondre au net ralentissement de la croissance et au repli de l'inflation.

Nicolas Delame et Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M325371 le lundi 23 jan 2012 à 14:49

    cacous justement sarko est réaliste et capitainepédale peut toujours rever de voir les allemands payer pour les pays du clubmed

  • m.young le lundi 23 jan 2012 à 14:36

    Les efforts du FMI devraient se concentrer sur SEULEMENT quelques pays africains démocratiques mais sans assez de ressources. Les autres doivent se débrouiller.

  • cacous le lundi 23 jan 2012 à 14:06

    Tiens, avec les EUROBONDS elle rejoint HOLLAND.... et pas SARKO....

  • M4189758 le lundi 23 jan 2012 à 13:51

    JPi - Je suis pour un partage des risques dès que les pays endettés, comme la France, commenceront à réduire leurs dépenses faramineuses. C'est ça , sinon rien.

  • M4189758 le lundi 23 jan 2012 à 13:49

    JPi - Dettes des insolvables estimées à 1.000.000.000.000 $ par Mme Lagarde du FMI. Et elle est demandeuse pour engranger et prêter ??? Vorace va!

  • M1765517 le lundi 23 jan 2012 à 13:38

    Je cours abattre un peuplier pour faire de la pate à papier pour nourrir la planche à billet.Mais que faut il imprimer .... $ £ € ???

  • M1598359 le lundi 23 jan 2012 à 13:29

    je mets le chéque à quel nom : lagourde ?

  • M7210200 le lundi 23 jan 2012 à 13:29

    et on les trouve où christine?