L'UE devrait prolonger les sanctions contre la Russie-sources

le , mis à jour à 20:41
1
 (Répétition titre) 
    BRUXELLES, 13 juin (Reuters) - L'Union européenne doit 
examiner la semaine prochaine une prolongation de six mois des 
sanctions économiques imposées à la Russie en raison de son rôle 
dans le conflit en Ukraine, indiquent des sources diplomatiques 
lundi. 
    Ces sanctions ont été imposées après l'annexion de la Crimée 
par la Russie en mars 2014 et ont été renforcées au cours de 
cette même année en raison du soutien apporté par Moscou aux 
rebelles pro-russes dans l'est de l'Ukraine. 
    Les sanctions, qui portent sur les secteurs de l'énergie, de 
la finance et de la défense, arrivent à expiration en juillet et 
leur prolongation devrait être entérinée par le bloc des 28 
Etats membres avant un nouvel examen de la situation au cours du 
second semestre de 2016. 
    Des sources diplomatiques précisent que les mesures 
restrictives devraient être prorogées le 21 juin avant une 
approbation au niveau ministériel lors d'une réunion le 24 juin. 
    "Cela devrait être une prolongation", a dit un diplomate. 
"Mais il y a un sentiment croissant que quelque chose doit être 
fait au cours du second semestre de cette année". 
    L'Union européenne demande une application totale des 
accords de paix conclus à Minsk pour l'est de l'Ukraine en 
échange d'une levée des sanctions. Cette mise en oeuvre est 
actuellement dans l'impasse, Kiev et Moscou s'accusant 
mutuellement de ne pas respecter les engagements pris. 
    Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker 
doit rencontrer Vladimir Poutine lors d'un forum économique en 
Russie les 28 et 29 juin. 
    La chancelière allemande Angela Merkel a reconnu la semaine 
passée que les sanctions ne constituaient pas une fin en 
elles-mêmes et a de nouveau appelé à l'application de l'accord 
de paix. 
    L'Italie et la Grèce sont les pays les plus favorables à un 
assouplissement de la position communautaire en raison des 
relations commerciales qu'elles entretiennent avec la Russie, 
leur principal fournisseur dans le domaine énergétique. 
     
 
 (Gabriela Baczynska; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual il y a 11 mois

    Ça ne fait que profiter aux etat-shirt qui commencent avec la Russie. Même ceux qui enfreignent l,embargo sous diverses formes.qui plus est ça pénalisé la france sur agriculture industrie et tourisme....le malheur des uns fait le bonheur des autres. ....