L'UE dégage une position commune avant la COP21

le
0
LES EUROPÉENS S'ENGAGENT À RÉDUIRE DE 40% LEURS ÉMISSIONS DE CO2
LES EUROPÉENS S'ENGAGENT À RÉDUIRE DE 40% LEURS ÉMISSIONS DE CO2

BRUXELLES (Reuters) - Les ministres européens sont parvenus vendredi à dégager une position commune, grâce à un compromis arraché à la délégation polonaise, avant la COP21, le sommet sur la lutte contre le réchauffement climatique qui se tiendra en décembre à Paris.

Les discussions achoppaient notamment sur les objections présentées par la Pologne dont la production énergétique repose largement sur le charbon, un sujet sensible pour le parti de droite Droit et Justice avant les élections générales le mois prochains.

Les négociations ont progressé d'une manière plus rapide que prévu vendredi, le gouvernement de Varsovie se rendant compte qu'il était isolé sur cette question et acceptant quelques modifications dans la formulation qui n'introduisent pas de différences substantielles.

"C'est un compromis mais il va ouvrir la voie à un accord sur le climat ambitieux, solide et dynamique", a commenté Carole Dieschbourg, ministre luxembourgeoise de l'Environnement dont le pays assure la présidence tournante de l'Union européenne.

Le commissaire européen au Climat et à l'Energie, Miguel Arias Canete, s'est félicité de cette convergence de vues entre les Vingt-Huit, précisant que l'UE ne signera pas à Paris d'accord qui ne soit pas suffisamment ambitieux.

Les Européens ont promis aux Nations unies une réduction de 40% de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) par rapport aux niveaux de 1990.

L'accord conclu vendredi prévoit que les émissions de GES atteindront un pic d'ici 2020 au plus tard avant d'être réduites d'au moins 50% d'ici 2050 par rapport aux niveaux de 1990.

Il prévoit également des évaluations quinquennales pour constater les progrès enregistrés et s'assurer que tous les pays participants conservent "la vision à long terme d'une neutralité climatique mondiale et durable".

L'expression "neutralité climatique" a remplacé dans le texte le terme de "décarbonisation" auquel s'opposait la Pologne qui veut continuer à utiliser le charbon pour son industrie. Les autorités polonaises font valoir que cet ajustement sémantique permet d'envisager des solutions techniques telles que la captation et le stockage du carbone pour parvenir aux objectifs fixés.

La ministre française de l'Environnement Ségolène Royal a jugé que l'Union européenne s'était fixée "des objectifs ambitieux pour parvenir à un accord universel, équitable et juridiquement contraignant".

La ministre estime, dans un communiqué, que le compromis trouvé vendredi à Bruxelles constitue "sans nul doute une étape vers un succès à Paris".

Les organisations non-gouvernementales écologistes estiment pour leur part que la position communautaire est "encore loin de ce qui serait nécessaire pour parvenir à un accord global efficace", a jugé Jiri Jerabek, membre de Greenpeace.

(Barbara Lewis; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant