L'UE déboutée par l'OMC, Pékin pourrait demander des sanctions

le
1
 (Actualisé avec des précisions, citation) 
    par Tom Miles 
    GENEVE, 18 janvier (Reuters) - La Chine pourrait demander 
des sanctions commerciales à l'encontre de l'Union européenne, 
déboutée en appel par l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) 
sur un dossier de droits de douane appliqués à des importations 
de vis, écrous et boulons de fer et d'acier fabriqués en Chine. 
    Ce serait une première pour la Chine depuis son adhésion à 
l'OMC en 2001.  
    "Ces mesures ont des effets négatifs sur des exportations de 
la Chine représentant autour du milliard de dollars et sur plus 
de 100.000 emplois de milliers de producteurs de systèmes de 
fixation de Chine", déclare dans un communiqué le ministère du 
Commerce chinois. 
    "Cela a provoqué des pertes économiques énormes pour 
l'industrie chinoise, qui a exprimé fermement son mécontentement 
et son opposition à ces mesures". 
    L'UE doit à présent se conformer à cette décision et 
supprimer ses droits illicites faute de quoi la Chine en tirera 
les conséquences, lit-on encore dans le communiqué. 
    Les exportations chinoises vers l'UE de ce type de produits 
avaient culminé à plus d'un milliard de dollars en 2008. Elles 
étaient redescendues à 200 millions de dollars environ un an 
plus tard après imposition de droits surtaxés, selon une analyse 
de Reuters faite à partir de données de l'International Trade 
Centre, un organisme conjoint des Nations unies et de l'OMC. 
    Les règles de l'OMC autorisent les pays membres à 
sanctionner le "dumping", soit la vente à un prix 
artificiellement bas et destinée à saper sciemment la 
concurrence, mais cela doit se faire suivant des règles strictes 
et Pékin estimait que Bruxelles ne les avait pas suivies, ce 
qu'avait admis l'OMC lors d'un arbitrage. 
    L'UE avait fait appel et avait perdu, tout en déclarant que 
les droits avaient été réduit. Toutefois, la Chine n'était pas 
satisfaite et avait eu gain de cause une deuxième fois. 
    Le dernier recours déposé par l'UE semble s'être retourné 
contre elle, les juges de l'OMC ayant invalidé certains points 
qui lui étaient jusqu'alors favorables et ayant rendu une 
décision encore plus sévère. 
    Un responsable de l'UE s'est refusé à tout commentaire.  
 
 (Bertrand Boucey et Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ljay1 le mardi 19 jan 2016 à 10:36

    Qui parle de souveraineté nationale ... dans cette imbroglio de lois supranationales et jugement de faibles valeurs car assujettis à des individus pouvant être influencés par ???????????????......