L'UE conditionne son aide aux pays arabes

le
0
Les critères pour recevoir de l'aide sont précis: élections équitables, lutte contre la corruption, ouverture commerciale et protection des investissements.

Accusée de largesses complaisantes avec les régimes autoritaires, l'Europe remet les compteurs à zéro: l'aide aux voisins arabes et orientaux, de loin le plus puissant levier politique de l'UE, devrait bientôt dépendre d'avancées sur le chemin de la démocratie et de la libre entreprise.

«Il s'agit de s'assurer que l'argent du contribuable est dépensé à bon escient (...) Cela signifie en clair qu'un gouvernement qui renâcle aux réformes pourrait voir l'assistance reconsidérée, voire retirée», affirme Catherine Ashton, porte-voix de la «nouvelle» diplomatie européenne.

La réforme, contrecoup politique des révoltes arabes et de la consternation qui a suivi dans les chancelleries, aspire à rompre des décennies de routine européenne et d'avantages acquis dans le voisinage de l'UE. Précisée mercredi, elle commencerait de s'appliquer dès cette année. La Tunisie et l'Égypte ont déjà gagné des points, la dictature du président biélorusse Loukachenko en a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant