L'UE autorise par défaut l'armement des rebelles syriens

le
0
L'UE AUTORISE PAR DÉFAUT L'ARMEMENT DES REBELLES SYRIENS
L'UE AUTORISE PAR DÉFAUT L'ARMEMENT DES REBELLES SYRIENS

par Justyna Pawlak et Adrian Croft

BRUXELLES (Reuters) - L'Union européenne va autoriser de fait ses Etats membres à livrer des armes aux rebelles syriens en l'absence d'accord lundi entre les Vingt-Sept sur une prolongation de l'embargo.

La France et la Grande-Bretagne, qui militent depuis des mois en faveur d'une aide militaire aux rebelles cherchant à renverser Bachar al Assad, se sont toutefois engagées à ne pas fournir d'armes aux insurgés "pour l'instant", peut-on lire dans une déclaration publiée à l'issue d'une réunion des ministres des Affaires étrangères à Bruxelles. Cet engagement expire le 1er août, ont précisé des responsables européens.

Paris et Londres sont donc parvenues à leur fin mais aux dépens de l'unité européenne.

Plusieurs pays, au premier rang desquels l'Autriche et la Suède, jugent qu'un afflux d'armes en Syrie va aggraver les violences dans ce pays et contribuer davantage à la déstabilisation de la région.

Pour éviter que le refus franco-britannique de toute prolongation de l'embargo sur les armes n'entraîne une levée de l'intégralité des sanctions européennes à leur expiration samedi, les 27 ministres des Affaires étrangères sont tout de même parvenus à s'entendre sur le renouvellement de toutes ces sanctions, à l'exception de celles portant sur les armes.

Les sanctions renouvelées portent notamment sur un gel des avoirs et sur des interdictions de visas à l'encontre de Bachar al Assad et de plusieurs proches du président syrien. Elles concernent aussi les relations commerciales, des projets d'infrastructure et le secteur des transports.

RENFORCER L'OPPOSITION AVANT LA CONFÉRENCE

Le secrétaire britannique au Foreign Office a déclaré que le Conseil européen des ministres des Affaires étrangères avait ainsi de fait levé l'embargo sur les armes.

"Même si nous n'avons pas dans l'immédiat de projet de livraison d'armes en Syrie, cela nous fournit la souplesse nécessaire pour réagir à l'avenir si la situation continue de se détériorer", a dit William Hague à la presse.

Le conflit en Syrie a fait plus de 80.000 morts, selon l'Onu. Il a débuté en mars 2011 par des manifestations contre le régime de Bachar al Assad, dont la famille est au pouvoir depuis 1970, avant de dégénérer en conflit armé.

La France juge que le soutien militaire fourni par la Russie et par l'Iran aux forces syriennes justifie des livraisons d'armes aux insurgés afin de contraindre le régime à négocier.

Les Etats-Unis et la Russie ont lancé une initiative conjointe pour tenter d'organiser en juin une nouvelle conférence réunissant les différentes parties dans le but de parvenir à une solution négociée au conflit.

Paris et Londres pensent que la perspective de livraisons d'armes aux insurgés permettra de renforcer l'opposition syrienne lors de ces pourparlers, même si cette dernière, divisée, n'a toujours pas décidé de participer ou non à une telle conférence.

Au sein de l'UE, certains pays hostiles à de telles livraisons d'armes s'étaient dits prêts à accepter un assouplissement de l'embargo mais pas sa levée pure et simple. La Grande-Bretagne a toutefois refusé tout compromis, a-t-on appris de sources diplomatiques.

"Les Britanniques n'ont pas cédé un pouce", a déclaré un diplomate.

Le ministre autrichien des Affaires étrangères, Michael Spindelegger, a regretté qu'il n'ait pas été possible de trouver un terrain d'entente avec Paris et Londres.

Il a ajouté que l'Autriche allait désormais réfléchir au sort de ses 380 militaires patrouillant au sein de la force de l'Onu sur le plateau du Golan, entre Israël et la Syrie.

Catherine Ashton, Haute Représentante de l'UE pour les Affaires étrangères, s'est efforcée de donner le change en assurant que l'Union européenne n'avait pas perdu sa capacité à "avoir une politique commune".

"Ce que cela signifie, c'est qu'il y a une reconnaissance du fait qu'en tentant de déterminer la meilleure manière de soutenir le peuple syrien, les pays voudront prendre des décisions (par eux-mêmes)", a-t-elle dit à la presse.

Même si la France et la Grande-Bretagne décident de fournir des armes aux rebelles, elles devront autoriser ces livraisons au cas par cas et vérifier qu'elles ne finissent pas entre de mauvaises mains.

Avec Ilona Wissenbach, Claire Davenport, Rex Merrifield à Bruxelles, Yesim Dikmen à Istanbul, Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant