L'UE affirme son souhait d'un maintien de l'euro en Grèce

le
0

BRUXELLES (Reuters) - Les 27 pays de l'Union européenne réunis en conseil informel à Bruxelles ont adopté un texte rappelant leur volonté de voir la Grèce rester dans la zone euro, malgré la crise qu'elle traverse, a annoncé jeudi le président français, François Hollande.

La France se refuse à envisager une sortie de la Grèce de la monnaie unique et attend des Grecs qu'ils fassent un "choix européen" en ce sens lors des élections législatives du 17 juin, a souligné le chef de l'Etat.

La chancelière allemande Angela Merkel a réaffirmé jeudi que son souhait était de voir la Grèce rester dans la zone euro, tout en ajoutant que le pays devait respecter les engagements pris en échange de l'aide financière internationale.

"Nous voulons que la Grèce reste dans l'euro, mais nous insistons sur le fait que la Grèce doit s'en tenir aux engagements pris", a-t-elle déclaré à la presse au terme de plus de cinq heures de débat.

François Hollande a affirmé de son côté ne pas être informé d'une note d'un comité de l'Eurogroupe recommandant à ses pays membres de se préparer à une éventuelle sortie de la Grèce de l'euro.

"Je ne suis informé d'aucune simulation par je ne sais quel groupe ou sous groupe de ce que pourrait être une sortie de la Grèce de la zone euro", a-t-il dit. "Nous ne prenons pas, pour la France, ce type d'hypothèse".

Dès son arrivée à Bruxelles, le chef de l'Etat a lancé un message aux Grecs, appelés aux urnes le 17 juin pour des législatives décisives pour le maintien ou non de leur pays dans l'euro, après celles du 6 mai qui ont privé de majorité les partis favorables à la mise en oeuvre du plan d'austérité européen.

"La Grèce doit faire un choix important le 17 juin et ce choix doit être européen", a-t-il déclaré.

"La France veut que les Grecs restent dans la zone euro, les Grecs doivent respecter les engagements qui ont été pris, et en même temps la zone euro doit montrer qu'elle peut soutenir la Grèce", a ajouté François Hollande, qui a rencontré le Premier ministre grec par intérim Panagotis Pakrammenos.

Elizabeth Pineau avec Yann Leguernigou à Paris, édité par Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant