L'UE aborde le chantier de sa refondation

le
0
Après la décision de Karlsruhe et les législatives néerlandaises, une révision des traités se profile.

Les politiques et les investisseurs ont poussé un soupir de soulagement jeudi, quand la BCE a fait savoir qu'elle pourrait recourir à l'artillerie lourde sur les marchés pour sauver l'Espagne et l'Italie. Mais, comme à la roulette russe, tout risque d'être remis en question dès aujourd'hui avec deux décisions, l'une constitutionnelle, l'autre électorale, dans deux pays qui sont des créanciers vitaux pour l'euro: l'Allemagne et les Pays-Bas.

À 10 heures ce matin, le travail du banquier central de Francfort pourrait être annulé d'un trait de plume par les seize juges de la Cour fédérale de Karlsruhe. Ce n'est pas le pronostic le plus courant, mais un refus allemand de valider le Mécanisme européen de stabilité (MES) démolirait le savant travail de reconstruction européenne entrepris depuis trois ans. Sans la caution du MES, l'Espagne et l'Italie ne pourraient plus compter sur les «rachats illimités» de dette publique promis par Mario Draghi.

L'élan européen pourra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant