L'UD Las Palmas et ses problèmes insulaires

le
0
L'UD Las Palmas et ses problèmes insulaires
L'UD Las Palmas et ses problèmes insulaires

De retour au premier échelon national, les Amarillos se rendent à Barcelone pour ce qui demeure le plus long voyage de leur saison. Des déplacements qui impliquent toujours des difficultés propres aux clubs des Canaries. Explications au beau milieu de l'Atlantique.

GPS et sites routiers sont formels. En voiture, le déplacement depuis Las Palmas de Gran Canaria jusqu'à Barcelone demande 44 heures. Un périple un peu fou qui nécessite l'aide d'un ferry et de la patience. Forcément, un tel voyage presse tout un chacun à opter pour l'avion. Comme l'Union Deportiva Las Palmas. "Vivre et jouer aux Canaries implique une organisation hyper cadrée, présente Hernan Santana, insulaire de naissance et meneur de jeu des Amarillos. Il faut préparer les déplacements avec beaucoup d'avance. Pour chacun de nos matchs à l'extérieur, nous partons un jour avant. Quand il s'agit d'aller dans de grandes villes, les vols sont directs." Autant dire que ce déplacement au Camp Nou, enceinte la plus éloignée de l'antre des Canariens, se résume à un voyage en première classe. Hernan Santana, toujours : "En Première Division, tous les déplacements sont moins compliqués. Généralement, les vols sont directs jusqu'aux grandes villes comme Madrid, Barcelone, Séville, Valence Au niveau inférieur, c'est différent." Différent et dépaysant, tant les contraintes des insulaires magnifient leur parcours.

Santana : "Bouillis avant même le coup d'envoi"


Historique de la Liga, l'UD Las Palmas voit le jour en 1949. Dès sa création, les problèmes liés à sa situation géographique trustent les pages des journaux. "L'arrivée de Las Palmas dans l'élite implique des chiffres astronomiques pour les déplacements, sans parler des heures de vol pour s'y rendre, écrit dès 1951 Marca. Nous proposons l'idée aux clubs de collecter suffisamment d'argent pour acheter un avion pour solutionner définitivement les déplacements aux Canaries." Une idée qui reste vaine, mais qui en dit long sur ce qu'impose une présence canarienne en Primera Division. Malgré les progrès technologiques et l'arrivée des compagnies low-cost, le problème reste entier. Comme le confirme le numéro diez des Amarillos, natif de Breña Baja, village situé sur l'île de Tenerife : "En Seconde Division, aucun club ne roule sur l'or. Tous essayent de baisser au maximum le coût de leur voyage. À Las Palmas, nous étions dans la même situation. Sauf que nous devions à chaque fois prendre l'avion. Une fois sur la péninsule, il fallait prendre le moyen de locomotion le moins coûteux : le bus. En une année, je pense avoir emprunté…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant