L'UCI suspend Lance Armstrong et lui retire ses sept Tours

le
0
LANCE ARMSTRONG DÉCHU DE SES SEPT VICTOIRES DANS LA GRANDE BOUCLE
LANCE ARMSTRONG DÉCHU DE SES SEPT VICTOIRES DANS LA GRANDE BOUCLE

par Julien Pretot

GENEVE (Reuters) - Convaincu de dopage, Lance Armstrong est privé de ses sept victoires dans le Tour de France et suspendu à vie, a annoncé lundi l'Union cycliste internationale (UCI) en même temps qu'elle a souhaité un "nouveau départ" pour le cyclisme.

L'UCI a ratifié les sanctions prises par l'Agence américaine antidopage (Usada) sur la base d'un rapport à charge contre l'ancien coureur américain, accusé d'être le cerveau du plus vaste programme de dopage de l'histoire du cyclisme.

Cette décision marque l'épilogue de "la plus grande crise" de l'histoire du cyclisme, a souligné Pat McQuaid, président de l'UCI, lors d'une conférence de presse à Genève.

"Lance Armstrong n'a pas sa place dans le cyclisme", a-t-il ajouté, appelant de ses voeux un renouveau de ce sport en proie depuis des décennies à des problèmes endémiques de dopage.

"L'UCI souhaite entamer aujourd'hui cette marche en avant en confirmant qu'elle ne fera pas appel devant le Tribunal arbitral du sport et qu'elle reconnaîtra les sanctions imposées par l'Usada", a-t-il dit.

L'Usada a publié le 10 octobre un rapport accablant pour Armstrong, établissant que le Texan avait été durant sa carrière au coeur du "programme de dopage le plus sophistiqué, professionnel et efficace de l'histoire du sport".

"MALADE"

Lance Armstrong, 41 ans et aujourd'hui retraité du cyclisme, avait renoncé à contester les accusations portées contre lui, ouvrant la voie aux sanctions de l'Usada, que l'UCI devait donc encore ratifier.

Onze de ses anciens coéquipiers sous les maillots de l'US Postal puis de Discovery Channel, équipes avec lesquelles il a remporté ses sept Tours de France consécutifs de 1999 à 2005, ont témoigné contre lui.

En contrepartie de leurs témoignages et de leurs aveux de dopage à ses côtés, leurs suspensions ont été réduites.

"Ces coureurs se sont retrouvés face à leur passé et ont raconté leur histoire. Le récit de leur passé offre un aperçu choquant de l'équipe USPS (US Postal Service) au sein de laquelle 'vaincre à tout prix' se traduisait par tromperie, intimidation, coercition et fraude", a souligné l'UCI.

Pour Pat McQuaid, leurs aveux n'ont été rendus possibles que par l'intervention des autorités fédérales américaines, qui avaient lancé une enquête abandonnée avant l'été.

"Ce n'est que lorsqu'ils (...) ont fait venir ces coureurs, ont posé une arme et un badge sur la table devant eux et ont dit 'vous êtes maintenant devant un grand jury, vous devez dire la vérité' que les coureurs ont craqué", a-t-il dit.

Lance Armstrong, jadis considéré comme le plus grand coureur de tous les temps parce qu'il avait survécu à un cancer avant de prendre le pouvoir dans le peloton, continue de nier tout dopage et affirme n'avoir jamais été contrôlé positif.

Il a expliqué avoir renoncé à contester les accusations de l'Usada après des années d'enquêtes et rumeurs diverses parce qu'il "arrive un moment dans la vie d'un homme où il doit dire : 'ça suffit'".

Pat McQuaid, dont l'organisation doit faire face depuis de longues années à un problème endémique de dopage, a mis en avant le rôle moteur de l'UCI dans la lutte contre ces pratiques et souligné: "Le cyclisme a un avenir."

"Ce n'est pas la première fois que le cyclisme se trouve à un tournant et doit prendre un nouveau départ", a-t-il ajouté.

Il a en outre exclu de démissionner.

"Quand j'ai pris mes fonctions en 2005, j'ai fait de la lutte contre le dopage ma priorité. J'ai reconnu que le cyclisme avait une culture du dopage. Le cyclisme a beaucoup avancé. Je n'ai pas l'intention de démissionner de la présidence de l'UCI", a-t-il expliqué.

"Je suis désolé qu'on n'ait pas pu prendre chacun d'entre eux la main dans le sac et les exclure de ce sport."

"Quand j'ai lu le rapport de l'Usada, ça m'a rendu malade", a poursuivi Pat McQuaid. "C'est très difficile d'accepter et de comprendre ce qu'il s'est passé. Le cyclisme doit oublier Lance Armstrong."

LE CONFLIT USADA-UCI DEMEURE

D'autres questions restent en suspens, dont la réattribution des sept victoires d'Armstrong dans le Tour de France. Une décision sera prise vendredi par le comité directeur de l'UCI, a dit McQuaid à Reuters.

Le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, a réaffirmé lundi son souhait de conserver un palmarès vierge entre 1999 et 2005.

Le Comité international olympique va pour sa part étudier la décision de l'UCI afin de déterminer s'il retire à Armstrong sa médaille de bronze du contre-la-montre gagnée en 2000 à Sydney.

L'UCI a, par sa décision lundi, enterré les derniers espoirs d'Armstrong qui reposaient sur le conflit entre cette instance et l'Usada au sujet de la conduite dans cette affaire, dont l'UCI a fait mention dans son communiqué final.

La Fédération internationale a ainsi souligné que l'affaire aurait dû être traitée par une organisation indépendante "afin de s'épargner les critiques de M. Armstrong dénonçant une chasse aux sorcières et celle visant un conflit d'intérêt à l'UCI".

De son côté, le patron de l'Usada, Travis Tygart, a salué la décision de l'UCI mais l'a invité à faire davantage.

"L'Usada se réjouit que l'UCI ait finalement changé son fusil d'épaule dans cette affaire", dit-il dans un communiqué.

"Cette résolution de confirmer la décision de l'Usada ne rend pas d'elle-même le cyclisme propre ni n'assure que ce sport ait franchi les obstacles qui ont permis au dopage de prospérer à l'heure de l'EPO et des transfusions sanguines."

A la question de savoir si le cyclisme pourrait un jour être débarrassé du dopage, Pat McQuaid a répondu: "Non".

Avec Brian Homewood, Toby Davis, Mitch Phillips, Gene Cherry, Karolos Grohmann et Justin Palmer; Gregory Blachier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant