L'UCI a couvert Lance Armstrong dès 1999

le
0
L'UCI a couvert Lance Armstrong dès 1999
L'UCI a couvert Lance Armstrong dès 1999

Une nouvelle bombe dans l?affaire Armstrong. Alors que l?UCI est suspectée d?avoir couvert le dopage du cycliste américain, l?information révélée par Le Monde risque de plonger l?instance internationale dans une crise sans précédent. En effet, le quotidien francilien annonce ce lundi que l?UCI a accepté, en 1999 lors de la première de ses sept victoires sur le Tour, un certificat médical antidaté du coureur américain (qu?il l?a confirmé lors de ses aveux à Oprah Winfrey) alors que celui-ci venait de subir un contrôle positif aux corticoïdes. « Lance Armstrong a confirmé qu'il n'y avait aucune collusion ou conspiration avec l'UCI. Il n'y a pas eu de tests positifs couverts », a pourtant affirmé Pat McQuaid, le président de l'Union cycliste internationale (UCI) dans un communiqué. « Jamais rien n'a été caché », a ajouté Hein Verbruggen, président de l'instance entre 1991 et 2005.

Mais Le Monde possède un document qui ne laisse pas de place au doute. Un procès-verbal, rédigé à la suite de l?étape du 4 juillet entre Montaigu et Challans, montre que Lance Armstrong a bien précisé qu?il n?avait jamais eu recours à une prescription médicale autorisant l?usage d?un médicament. « Le contrôle est diligenté notamment par l'UCI dont un représentant de la commission médicale a signé le PV, en même temps que le coureur et son directeur sportif, Johan Bruyneel », précise Le Monde.

Pourtant, au lendemain des publications du quotidien qui annonce que l?Américain a été contrôlé positif à un corticoïde, le triamcinolone acétonide, l?UCI décide de contre-attaquer et de défendre le coureur de l?US Postal. « Une prescription médicale a été présentée à l'UCI », précise l?instance à l?époque. Pourtant, il est clair que cette prescription ne figure pas dans le procès-verbal du 4 juillet. L?UCI a donc volontairement couvert le dopage de Lance Armstrong dès 1999. L'audience inaugurale de la commission indépendante, qui est chargée d'évaluer le rôle de l?UCI dans l?affaire Armstrong, prévue mardi à Londres mais reportée à vendredi en raison de la neige, devrait faire la lumière sur cette affaire qui n?en finit pas de défrayer la chronique.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant