L'ubérisation de l'économie révolutionne les structures traditionnelles

le
0
L'ubérisation de l'économie révolutionne les structures traditionnelles
L'ubérisation de l'économie révolutionne les structures traditionnelles

L'expression a tout juste un an mais elle fait déjà trembler entreprises et salariés: l'"ubérisation", l'arrivée de nouvelles plateformes en ligne bouleversant les circuits de distribution et court-circuitant des acteurs traditionnels, a commencé à ébranler les circuits économiques.L'idée est toujours la même: de nouveaux venus se mettent à commercialiser des produits ou des services par internet --et de plus en plus par smartphone--, avec une offre plus pertinente et souvent moins chère.Le symbole de cette petite révolution, qui lui a donné son nom, est la société californienne Uber, devenue en un rien de temps le numéro un mondial de la commande de voitures avec chauffeur, au grand dam des taxis.Classiquement, le développement de ces nouveaux intermédiaires s'appuie sur un abondant financement fourni par quelques fonds de capital-risque qui leur permet de tenir longtemps avant de faire des bénéfices, mais aussi de casser les prix et de se développer rapidement à l'international. Une démarche que le consultant Olivier Ezratti qualifie de "blitzkrieg entrepreneurial".Surfinancée, la plateforme va pouvoir étouffer ses concurrents et s'attribuer de respectables commissions une fois établie sur son marché. Et ce alors qu'une partie des prestations est souvent laissée aux utilisateurs eux-mêmes, et que les revenus sont volontiers expatriés sous des cieux plus cléments de façon à payer le moins d'impôts possible."L'ubérisation va toucher tous les secteurs de l'économie. Personne n'est épargné ou ne sera épargné", prévient, dans un entretien à l'AFP, l'économiste Pierre-Jean Benghozi. De la plomberie à la publicité en passant par les transports, le sexe, les prêts, les services juridiques, les pompes funèbres, la livraison de paquets, la location d'objets ou encore l'immobilier, on en est encore à des stades plus ou moins avancés, avec plus ou moins d'acteurs: on trouve des professionnels en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant