L'ouragan Sandy a balayé la côte Est des États-Unis

le
0
Qu'il tienne ou non sa source du réchauffement climatique, l'ouragan Sandy a d'ores et déjà marqué l'histoire.
Qu'il tienne ou non sa source du réchauffement climatique, l'ouragan Sandy a d'ores et déjà marqué l'histoire.
Il était attendu avec beaucoup d'appréhension et force est de reconnaître qu'il ne s'est pas agi d'une tempête dans un verre d'eau.
Au contraire de son aîné Irene, l'ouragan Sandy a hélas tenu toutes ses funestes promesses, faisant au dernier pointage treize victimes sur le territoire américain (NDLR : Soixante-sept autres décès ont été recensés dans les Caraïbes) ? un bilan hélas provisoire - et des dommages matériels considérables. On parle pour l'heure de plusieurs milliards de dollars de dégâts ? entre dix et vingt selon l'estimation du cabinet d'études en gestion du risque Eqecat - et d'une catastrophe naturelle de tout premier plan, assez grave pour que Barack Obama, tenu informé toute la nuit, décrète l'état de « catastrophe majeure » dans le New Jersey et à New York, où près de quatre cent mille personnes ont dû être évacuées.
La ville la plus peuplée des États-Unis a essuyé une colère d'une intensité historique, digne d'un mauvais film de science-fiction. Une sorte de « 2012 » avant l'heure, un autre « Katrina » que d'aucuns seraient tentés d'imputer au réchauffement climatique, lequel, on l'a évoqué, a été complètement occulté des discussions de campagne et amène de l'avis de nombreux scientifiques une aggravation ainsi qu'une systématisation des phénomènes extrêmes - cyclones, ouragans, vagues de sécheresse et autres tsunamis. Une colère qui, de fait, pourrait se reproduire d'ici peu...
En attend
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant