L'ouragan Matthew menace le sud-est des USA, 98 morts en Haïti

le , mis à jour à 18:00
0
 (Actualisé avec dernier bilan en date, précisions sur la 
progression de l'ouragan § 1-3-4-9-11-16) 
    par Scott Malone 
    ORLANDO, Floride, 6 octobre (Reuters) - L'ouragan Matthew, 
le plus violent à frapper les Caraïbes depuis près de dix ans, a 
atteint jeudi matin le centre des Bahamas après avoir fait 98 
morts en Haïti, et menace le Sud-Est des Etats-Unis. 
    En Floride, en Géorgie, en Caroline du Sud et en Caroline du 
Nord, les stations-service et les magasins alimentaires ont été 
pris d'assaut et de longues files de voitures se sont formées 
sur les routes, des populations entières quittant les zones 
côtières pour se mettre à l'abri. 
    Matthew, d'une intensité sans précédent depuis l'ouragan 
Felix en 2007, devrait atteindre la Floride dans la soirée, 
selon les dernières prévisions du Centre américain des ouragans 
(NHC), après être repassée de la troisième à la quatrième 
catégorie sur une échelle de puissance qui en compte cinq. Ses 
vents soufflent en rafale à 220 km/h.  
    A 15h00 GMT, l'ouragan était centré à 290 km environ au 
sud-est de West Palm Beach, en Floride, et à 40 km de Nassau, la 
capitale des Bahamas. L'oeil de Matthew se déplace en direction 
du nord-ouest à une vitesse de l'ordre de 20 km/h. 
    "C'est une tempête majeure", a averti Barack Obama. "S'il y 
a un ordre d'évacuation dans votre ville, il faut le prendre au 
sérieux", a souligné le président des Etats-Unis après une 
réunion avec des membres de l'Agence fédérale des situations 
d'urgence (FEMA).  
    Les services de secours fédéraux ont été déployés en 
Floride, en Géorgie, en Caroline du Sud et du Nord. Dans ces 
quatre Etats, l'état d'urgence a été déclaré, autorisant les 
gouverneurs à mobiliser la Garde nationale. 
    Nikki Haley, la gouverneure de Caroline du Sud, a ordonné 
l'évacuation de plus d'un million d'habitants des zones 
côtières.  
    Son homologue de Floride, Rick Scott, a également invité la 
population des zones à risque à rejoindre des abris publics. "Si 
Matthew frappe directement la Floride, les destructions 
pourraient être catastrophiques et il faut s'y préparer", a-t-il 
dit. 
    Il a précisé que l'onde de tempête soulevée sur le passage 
de Matthew pourrait approcher les trois mètres de haut. "Ne vous 
rendez pas sur les plages: cela pourrait vous tuer", a-t-il 
prévenu. 
    Au total, plus de 12 millions d'Américains sont concernés 
par l'alerte cyclonique, et les prévisionnistes du NHC ne 
peuvent pas encore dire dans quel secteur le passage de Matthew 
sera le plus violent. Ecoles et aéroports devraient être fermés 
ce jeudi et certains hôpitaux seront évacués, rapportent des 
médias locaux. 
     
    350.000 SINISTRÉS EN HAÏTI 
    Mardi, Matthew a semé la destruction en Haïti, dont les 
habitants peinent à se relever du tremblement de terre de 2010 
qui a fait 200.000 morts. L'ouragan y a fait 98 morts, selon un 
nouveau bilan communiqué jeudi par les autorités locales, et 
quatre décès sont à déplorer en République dominicaine voisine. 
    Dans le département haïtien du Sud, qui compte 700.000 
habitants, 80% des habitations ont été endommagées et 11.000 
personnes ont trouvé refuge dans des abris de fortune, a déclaré 
un membre de l'administration lors d'une réunion avec des 
représentants de l'Onu.  
    Le gouvernement évalue à 350.000 le nombre de sinistrés 
ayant besoin d'une aide immédiate, selon un porte-parole de Ban 
Ki-moon, secrétaire général des Nations unies.  
    L'élection présidentielle prévue dimanche, qui avait déjà 
été reportée une première fois, a été à nouveau repoussée. La 
date n'a pas encore été fixée.  
    Aucun décès n'a été signalé à Cuba, mais l'ouragan a dévasté 
Baracoa, ville touristique de la province de Guantanamo. Le 
centre de détention installé sur la base navale américaine du 
même nom a été épargné et Matthew s'est ensuite dirigé vers les 
Bahamas, où les habitants des zones côtières ont également été 
invités à gagner des zones moins exposées.  
    Les services administratifs de New Providence et de Grand 
Bahama resteront fermés jusqu'à nouvel ordre, a annoncé le 
gouvernement. A Nassau, de fortes chutes de pluie ont précédé 
son arrivée. Jeudi matin (heure locale), les autorités 
signalaient des tuiles arrachées mais ni victimes, ni 
inondations. 
 
 (avec Harriet McLeod à Charleston, Caroline du Sud, Rich McKay 
à Atlanta et Joseph Guyler Delva à Port-au-Prince; Julie 
Carriat, Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André pour le 
service français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant