L'ouragan Matthew menace le sud-est des USA, 339 morts en Haïti

le , mis à jour à 06:28
0
    * Le bilan atteint à ce stade 343 morts, surtout à Haïti 
    * Evacuations massives dans quatre Etats américains 
    * L'ouragan Matthew pourrait frapper de plein fouet la 
Floride ou longer la côte 
 
 (Actualisé avec dernier bilan à Haïti, nouvelles déclarations 
du Centre national des ouragans américain, la tempête Nicole 
désormais classée ouragan de catégorie 2) 
    par Zach Fagenson et Scott Malone 
    JUPITER/ORLANDO, Floride, 7 octobre (Reuters) - L'ouragan 
Matthew, le plus violent à frapper les Caraïbes depuis près de 
dix ans, se dirigeait vers les côtes américaines vendredi après 
avoir auparavant balayé les Bahamas et tué au moins 343 
personnes dans les Caraïbes, principalement en Haïti.  
    Même avec une légère baisse d'intensité, avec des vents 
soufflant à 215 km/h contre 220 km/h un peu plus tôt, Matthew 
devrait rester classé en catégorie 4 sur l'échelle de 
Saffir-Simpson, qui en compte cinq, jusqu'à l'approche des 
Etats-Unis, a déclaré le Centre national des ouragans (NHC) 
américain.  
    Selon NHC, l'épicentre de l'ouragan passera le long ou 
au-dessus de la côte est de la péninsule de Floride dans la 
soirée de vendredi et près ou au-dessus des côtés de la Géorgie 
et de la Caroline du Sud. 
    Après avoir évoqué un "impact potentiellement désastreux" de 
Matthew lors d'un précédent point sur la situation, le NHC 
précise qu'un affaiblissement progressif de l'ouragan est 
anticipé au cours des prochaines 48 heures. 
    Le service de météorologie nationale a dit que Matthew 
pourrait être la tempête la plus violente à s'abattre sur le 
nord-est de la Floride en 118 ans. 
    L'ouragan se trouve à ce stade à 200 kilomètres au large de 
Cap Canaveral, site du sud-est de la Floride où se trouve la 
principale base de lancement spatial des Etats-Unis. 
    En Haïti, l'ouragan a fait au moins 339 morts selon le 
dernier bilan en date rendu public par les autorités, et des 
milliers de personnes ont été déplacées, le vent et la pluie 
ayant détruit des habitations, arraché des toitures et inondé 
des quartiers entiers. En République dominicaine, il a tué 
quatre personnes. 
    Aux Bahamas, Matthew est passé à une quarantaine de 
kilomètres de la capitale Nassau, abattant des arbres et 
arrachant des tuiles de certains toits, sans toutefois causer de 
dégâts importants. 
    Le NHC a également dit que la tempête Nicole avait été 
requalifiée en ouragan de catégorie deux, évoluant à 545 
kilomètres au sud des Bermudes, avec des vents atteignant des 
pics de 165 km/h. 
     
    OBAMA DÉCRÈTE L'ÉTAT D'URGENCE EN FLORIDE 
    En Floride, en Géorgie, en Caroline du Sud et en Caroline du 
Nord, les stations-service et les magasins alimentaires ont été 
pris d'assaut et de longues files de voitures se sont formées 
sur les routes, des populations entières quittant les zones 
côtières pour se mettre à l'abri. 
    La côte atlantique allant du sud de la Floride à la Caroline 
du Sud en passant par la Géorgie est une zone où vivent quelque 
12 millions de personnes selon la chaîne Weather Channel. 
    Nikki Haley, la gouverneure de Caroline du Sud, a ordonné 
l'évacuation de plus d'un million d'habitants. Son homologue de 
Floride, Rick Scott, a également invité la population des zones 
à risque à rejoindre des abris publics. "Si Matthew frappe 
directement la Floride, les destructions pourraient être 
catastrophiques et il faut s'y préparer", a-t-il dit. 
    "Si vous êtes réticents à l'idée d'évacuer, pensez 
simplement à touts les personnes (...) qui ont déjà été tuées", 
a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse, appelant quelque 
1,5 million d'habitants de l'Etat à évacuer. "Le temps presse." 
    Il a précisé que l'onde de tempête soulevée sur le passage 
de Matthew pourrait approcher les trois mètres de haut. "Ne vous 
rendez pas sur les plages: cela pourrait vous tuer", a-t-il 
prévenu. 
    Les services de secours fédéraux ont été déployés en 
Floride, en Géorgie, en Caroline du Sud et du Nord. Dans ces 
quatre Etats, l'état d'urgence a été déclaré, ce qui permet aux 
gouverneurs de mobiliser la Garde nationale. 
    Barack Obama a en outre décrété l'état d'urgence en Floride, 
autorisant ainsi le département de la Sécurité intérieure et 
l'Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA) à coordonner 
les opérations de secours. 
    "On ne peut pas faire plus grave que l'ouragan Matthew. 
Ecoutez les responsables locaux, préparez-vous, prenez soin les 
uns des autres", a dit le président américain sur Twitter. 
    Plusieurs centaines de vols ont été annulés dans le sud de 
l'Etat et les annulations devraient gagner le nord au fil des 
heures au fur et à mesure du déplacement de l'ouragan.  
    Les parcs de loisirs d'Orlando, dans le centre de la 
Floride, comme Walt Disney World, Universal Studios Florida et 
SeaWorld, devaient fermer jeudi après-midi et ne devraient pas 
rouvrir avant samedi, selon leurs sites internet. 
    Les écoles de la région sont également restées fermées. 
     
    350.000 SINISTRÉS EN HAÏTI 
    Matthew a semé la destruction en Haïti, dont les habitants 
peinent à se relever du tremblement de terre de 2010 qui a fait 
200.000 morts.  
    Dans le département haïtien du Sud, qui compte 700.000 
habitants, 80% des habitations ont été endommagées et 11.000 
personnes ont trouvé refuge dans des abris de fortune, a déclaré 
un membre de l'administration lors d'une réunion avec des 
représentants de l'Onu. 
    "Plusieurs dizaines" de personnes ont péri dans le ville 
côtière de Les Anglais, a déclaré Louis Paul Raphaël, le 
représentant du gouvernement central dans la région. 
    Le gouvernement évalue à 350.000 le nombre de sinistrés 
ayant besoin d'une aide immédiate, selon un porte-parole de Ban 
Ki-moon, secrétaire général des Nations unies.  
    L'élection présidentielle prévue dimanche, qui avait déjà 
été reportée une première fois, a été à nouveau repoussée. La 
date n'a pas encore été fixée.  
    Aucun décès n'a été signalé à Cuba, mais l'ouragan a dévasté 
Baracoa, ville touristique de la province de Guantanamo. Le 
centre de détention installé sur la base navale américaine du 
même nom a été épargné. 
 
 (avec Harriet McLeod à Charleston, Caroline du Sud, Rich McKay 
à Atlanta et Joseph Guyler Delva à Port-au-Prince; Julie 
Carriat, Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André pour le 
service français, édité par Benoît Van Overstraeten) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant