L'Otan va renforcer son aide militaire à la Turquie

le
0
 (Actualisé avec communiqué des ministres, précisions) 
    BRUXELLES, 1er décembre (Reuters) - Les pays membres de 
l'Otan comptent fournir prochainement de nouveaux avions, 
navires et missiles à la Turquie afin d'aider Ankara à renforcer 
la sécurité à sa frontière avec la Syrie, ont fait savoir mardi 
des responsables de l'Alliance atlantique. 
    Cette mesure vise notamment à rassurer la Turquie face aux 
incursions de l'aviation russe dans son espace aérien, dit-on de 
sources diplomatiques.  
    Le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg,     
qui a dit attendre une décision sur cette aide dans les 
prochaines semaines, a toutefois tenu à souligner qu'elle était 
sans rapport avec la destruction en vol, le 24 novembre, d'un 
Soukhoï russe par la chasse turque à la frontière syrienne.  
    Ankara accuse l'avion d'avoir enfreint son espace aérien, ce 
que conteste Moscou qui a mis en place des sanctions économiques 
contre la Turquie.  
    Dans un communiqué diffusé mardi soir, les ministres des 
Affaires étrangères des pays membres de l'Alliance réunis à 
Bruxelles jugent "hautement instable" la situation à la 
frontière turco-syrienne et s'engagent à renforcer les défenses 
antiaériennes turques.  
    "Nous sommes déterminés (...) à développer encore des 
'mesures d'assurance' supplémentaires", disent-ils.  
    L'Allemagne et les Etats-Unis ont retiré en août leurs 
batteries de missiles Patriot déployées en janvier 2013 en 
Turquie à la suite de la destruction d'un avion turc par les 
forces syriennes en juin 2012. Les Pays-Bas, qui participaient 
également à cette mission, y ont mis fin cette année. 
    Cette décision a été prise après réévaluation de la menace 
liée au conflit en Syrie. Seule l'Espagne a aujourd'hui une 
batterie de Patriot en Turquie.  
    Selon des diplomates, les pays membres devraient déployer 
plus de navires de guerre en Méditerranée orientale, plus 
d'avions de combat sur la base aérienne d'Incirlik et plus de 
batteries de missiles antiaériens en territoire turc.  
    Plusieurs ministres présents à Bruxelles ont toutefois 
souligné que ces mesures devaient aider à rassurer Ankara et à 
faire retomber les tensions entre la Turquie et la Russie. 
    Les chefs de la diplomatie allemande et néerlandaise ont 
ainsi souhaité que des contacts soient renoués entre militaires 
et l'Alliance et de la Russie pour éviter à l'avenir ce genre 
d'incidents "très risqués", selon les termes du ministre 
néerlandais Bert Koenders. 
    Les contacts militaires entre Moscou et l'Otan ont été 
suspendus en avril 2014 après l'annexion de la Crimée par la 
Russie. 
    A Washington, le chef du Pentagone Ashton Carter a de son 
côté appelé mardi la Turquie à s'impliquer davantage dans les 
opérations aériennes et terrestres contre le groupe Etat 
islamique (EI), à renforcer la sécurité à sa frontière et à 
pourchasser les intermédiaires de l'EI qui s'introduisent en 
territoire turc.  ID:nL8N13Q4UH  
 
 (Robin Emmott, Sabine Siebold, Arshad Mohammed; Jean-Stéphane 
Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant