«L'Otan refuse de surmonter l'héritage de la guerre froide»

le
0
INTERVIEW - L'ambassadeur de la Russie à l'Otan, Dmitri Rogozine, se montre très critique envers l'Alliance atlantique et ce «droit d'ingérence» dont elle s'est dotée.

L'ambassadeur de Russie à l'Otan, Dmitri Rogozine, était à Paris cette semaine pour évoquer le projet de bouclier antimissile de l'Otan. Il propose que l'Otan et la Russie aient chacune leur propre système de ­défense. Proche de Vladimir Poutine et représentant du courant nationaliste russe, il pourrait jouer un rôle dans la campagne des législatives de décembre.

LE FIGARO. - Où en sont les négociations sur le bouclier antimissile en Europe ?

Dmitri ROGOZINE. - Les États-Unis avaient offert à la Russie une coopération sur ce bouclier antimissile mais aucune coopération de fait ne nous a été proposée. Une véritable coopération permettrait de rétablir la confiance en Europe et d'économiser beaucoup d'argent en période de crise. En fait, l'Otan a toujours peur de la Russie et refuse de surmonter l'héritage de la guerre froide.

Que proposez-vous ?

Puisqu'un seul bouclier antimissile intégré a été refusé, nous proposons que chacun ait son propre systè

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant