L'Otan juge son plan de dissuasion suffisant contre la Russie

le
0
    PRAGUE, 20 juin (Reuters) - L'Otan n'envisage pas de 
renforcer ses effectifs en Europe de l'Est et dans les pays 
baltes au-delà des plans existants car il n'existe aucune menace 
imminente de la part de la Russie, en dépit des craintes 
ressenties par les pays baltes, a déclaré lundi le chef 
militaire de l'Alliance atlantique. 
    Le projet actuel de l'Otan, qui devrait être approuvé lors 
du sommet de Varsovie le 8 juillet, prévoit le déploiement de 
quatre bataillons, comprenant chacun jusqu'à mille hommes, en 
Pologne, en Lituanie, en Lettonie et en Estonie.  
    Ces bataillons, a déclaré le général Petr Pavel, président 
du comité militaire de l'Otan, doivent agir comme facteur de 
dissuasion politique plutôt que militaire. Aucune force 
supplémentaire n'est nécessaire à ce stade, a-t-il ajouté lors 
d'une conférence de presse à Prague.  
    "Le déploiement d'une force militaire substantielle n'est 
pas envisagé", a-t-il dit. "L'objectif de l'Otan n'est pas de 
créer une barrière militaire contre une agression russe à grande 
échelle, car une telle agression n'est pas au programme et aucun 
rapport de renseignement ne suggère un tel scénario." 
    Echaudés par le précédent créé par l'annexion russe de la 
Crimée en mars 2014, les pays baltes et la Pologne redoutent que 
les plans de l'Otan soient trop limités et symboliques pour 
empêcher une attaque de la Russie et réclament la mise en place 
d'un bouclier antimissiles pour protéger leur région.  
 
 (Robert Muller; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant