L'Otan accusée de «laisser mourir» Misrata

le
0
INFOGRAPHIE - Les insurgés dénoncent l'«inaction» de l'Alliance face à la situation de la troisième ville du pays, bombardée par les forces loyalistes, et dont les habitants sont selon eux menacés «d'extermination».

o Les rebelles libyens dénoncent l'«inaction» de l'Otan à Misrata

Le chef militaire de la rébellion libyenne, le général Abdel Fattah Younés, a accusé l'Otan de «laisser mourir les habitants de Misrata», une ville à l'est de Tripoli soumise à des bombardements des forces de Mouammar Kadhafi depuis plus d'un mois. «Si l'Otan attend encore une semaine de plus, il n'y aura plus rien à Misrata», a-t-il déclaré. Selon cet ancien ministre de l'Intérieur du régime, rallié à la rébellion en février, les habitants sont menacés «d'extermination».

Face à ces accusations, l'Otan a affirmé mercredi qu'elle allait «tout faire pour protéger les civils» de Misrata. Dans l'immédiat, la population de la ville, assiégée par les forces kadhafistes, va pouvoir être ravitaillée par la mer par les insurgés. «Précédemment, la lecture de l'embargo était qu'aucun bateau ne pouvait alimenter aucune ville», a justifié le ministre français de la Défense, Gérard

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant