L'otage assassiné, Hervé Gourdel, chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume

le
0
L'otage assassiné, Hervé Gourdel, chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume
L'otage assassiné, Hervé Gourdel, chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume

Hervé Gourdel, l'otage français décapité en Algérie en septembre, a été fait chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume, selon un décret paru jeudi au Journal officiel.

Guide de haute montagne et photographe de 55 ans, Hervé Gourdel avait été enlevé le 21 septembre à une centaine de kilomètres à l'est d'Alger. Le groupe islamiste Jund al-Khilafa («Les soldats du califat») avait revendiqué ce rapt ainsi que la décapitation de l'otage quelques jours plus tard. Cet acte avait été commis en représailles, selon cette organisation, à l'engagement de la France aux côtés des Etats-Unis dans les frappes aériennes contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak.

Cette nomination à titre posthume relève des prérogatives du Premier ministre qui est autorisé, par délégation du président de la République, grand maître de l'ordre national de la Légion d'honneur, «à nommer ou à promouvoir dans l'ordre, dans un délai d'un an, les personnes tuées ou blessées dans l'accomplissement de leur devoir et qui sont reconnues dignes de recevoir cette distinction».

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, l'otage français décapité en Algérie en septembre. Après avoir diligenté une enquête en flagrance, le parquet de Paris a ouvert le 23 octobre une information judiciaire pour «enlèvement et séquestration en bande organisée suivis de la mort, en relation avec une entreprise terroriste», et «assassinat en bande organisée en lien avec une entreprise terroriste».

Des investigations ont également été initiées en Algérie après le drame qui a suscité l'indignation. La justice algérienne a ainsi lancé des poursuites contre quinze personnes, actuellement en fuite, soupçonnées d'avoir participé à l'enlèvement et à l'assassinat d'Hervé Gourdel. Les 15 suspects, tous algériens, sont poursuivis notamment pour «création d'un groupe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant