L'origine des quatre souches du sida identifiées

le
0
L'origine des quatre souches du sida identifiées
L'origine des quatre souches du sida identifiées

Les origines de toutes les souches virales de l'infection chez l'homme sont désormais élucidées. Les travaux d'une équipe internationale de chercheurs, publiés lundi dans la revue de l'Académie américaine des sciences PNAS, lèvent le voile sur l'origine de deux des quatre souches virales - les dernières qui restaient mystérieuses. L'étude a été conduite par Martine Peeters, une virologue de l'Institut français pour la recherche et le développement (IRD) et de l'Université de Montpellier.

Le Virus de l'immunodéficience humaine (VIH-1) se compose de quatre groupes (M, N, O et P), chacun ayant une origine propre qui a résulté d'une transmission du singe à l'homme à au moins quatre occasions. Alors que l'origine simienne des groupes M et N, en fait des chimpanzés du Cameroun, avait été identifiée il y a plusieurs années, le réservoir des groupes O et P restait jusqu'alors inconnu. Cela n'est désormais plus le cas : ils proviennent de gorilles du sud-ouest du Cameroun.

Une meilleure évaluation des risques pour les hommes

La découverte a été réalisée à partir d'analyses génétiques de déjections de chimpanzés et de gorilles du Cameroun, du Gabon, de la République Démocratique du Congo et d'Ouganda. «Cette étude montre que, comme les virus de l'immunodéficience simienne (SIV) infectant des chimpanzés, ceux des gorilles sont aussi capables de traverser la barrière des espèces et peuvent provoquer des épidémies», a expliqué Martine Peeters. «Ces travaux permettent de mieux comprendre l'origine de cette maladie, et de mieux évaluer les risques futurs pour les populations humaines», a-t-elle ajouté.

Le VIH est donc issu d'une transmission du virus de l'immunodéficience simienne (VIS) infectant naturellement les grands singes du sud du Cameroun. Il aurait franchi la barrière des espèces lors de chasses, par des morsure d'un singe infecté, par des écorchure lors du dépeçage de ces animaux, ou lors de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant