L'orientation «subie» oppose parents et profs

le
0
Pas facile de bien orienter ses enfants. Surtout s'ils ne sont pas des premiers de classe. Près de 60.000 familles subissent une décision d'orientation.

Près de 60.000 familles sont annuellement confrontées à une décision d'orientation contraire à leur demande. Parmi elles, 15.000 font appel, pour un taux de satisfaction de l'ordre de 30 %.

«Au regard des 3 millions d'élèves scolarisés, ce phénomène semble marginal. Mais son impact en termes de représentation est considérable. Ce conflit frontal donne une image très négative de l'école», commente Georges Fotinos, qui présentait le 3 avril dernier ces chiffres (récoltés en 2011 auprès l'Education nationale), lors du colloque sur la «qualité des relations entre les familles et l'école», organisé par la Ville de Paris. Ce spécialiste des questions de violence scolaire évoque une «orientation subie, vécue par les familles une injustice, une agression et un pouvoir absolu qui détériore le climat scolaire».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant