« L'organisme a besoin d'exploser »

le
0

LE PSYCHOLOGUE explique les réactions des supporteurs devant un match de football. A quoi sont liées les réactions frénétiques suscitées par le foot ? JACQUES COSNIER. Se lever, crier, sauter ou lever les bras : ce sont des réactions de foule irrationnelles, liées à des inductions de similitudes. Prenez un troupeau. Si l'un des sujets se met à courir, tous les autres font de même, le groupe entier est contaminé. Nous sommes des mammifères comme les autres, et ce type de réactions, totalement grégaires, est inscrit dans notre patrimoine génétique. Dans un stade, on utilise donc notre corps en miroir de celui du voisin, et cet écho corporel contamine tout le monde. Ça explique les comportements dans les stades, mais pas devant une télé... Mais si. Il y a une participation affective avec ce qu'on montre à la télévision. Sans en être conscient, on sait qu'on fait le même geste que tout le monde. De la même manière, une scène comique peut déclencher un rire contagieux dans une salle de cinéma et faire rire une seule personne devant sa télé. Est-ce sain ? D'un point de vue psychique, l'organisme a parfois besoin d'exploser. Ce qui est unique ici, c'est que le non-contrôle des émotions, socialement inacceptable dans la vie quotidienne, est accepté. A part un nourrisson ou un alien, personne ne sera choqué que vous hurliez seul devant la télé en regardant le foot, alors que c'est clairement un comportement anormal ! A quoi attribuez-vous cette tolérance ? C'est plus qu'une tolérance, c'est un encouragement ! Les tournois comme l'Euro sont une forme de drainage socialisé de l'agressivité latente. Des comptes à rebours enclenchés par les médias avant la compétition à la scénographie dans les stades, tout est fait pour déclencher ces réactions extrêmes. Il y a un véritable bourrage de crânes, et donc de corps ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant