L'Oréal pense faire mieux au second semestre

le
0
L'ORÉAL PLUS OPTIMISTE POUR LE SECOND SEMESTRE
L'ORÉAL PLUS OPTIMISTE POUR LE SECOND SEMESTRE

PARIS (Reuters) - L'Oréal, dont la croissance a été freinée au premier semestre par un fort ralentissement de sa division de produits grand public aux Etats-Unis, pense faire mieux dans la deuxième partie de l'année.

Le géant mondial des cosmétiques, propriétaire de L'Oréal Paris, Lancôme ou Yves Saint Laurent, a vu sa croissance organique tomber à 3,8% au premier semestre, plombée par une baisse des ventes de ses produits de grande diffusion aux Etats-Unis, son deuxième marché derrière la France.

"Aux Etats-Unis, le deuxième semestre sera meilleur que le premier (..) Le marché grand public a déjà donné des signes d'amélioration ces dernières semaines, pour la première fois depuis des mois" a déclaré Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal, lors d'une conférence téléphonique sur les résultats.

Au second semestre, Jean-Paul Agon a estimé que L'Oréal devrait faire "légèrement mieux" que le marché mondial des cosmétiques, dont la croissance devrait se situer selon lui entre 3,5% et 4%.

Le groupe a également pâti d'un ralentissement dans les pays émergents, principal moteur de sa croissance ces dernières années, notamment en Chine, en Inde et en Russie.

Dans les produits de luxe, qui ont signé la plus forte croissance du groupe au premier semestre (+7,4%), Lancôme a fait moins bien, avec une croissance comprise entre zéro et 5%, tandis qu'Yves Saint Laurent a accéléré à +6%, selon Jean-Paul Agon.

La division a également été moins portée par le "travel retail" (réseaux de détaxes des aéroports), qui pèse pour 20% de ses ventes, en raison de la baisse de certaines devises comme le yen et le rouble.

Interrogé sur l'impact des mesures de rétorsion prises par l'Occident à l'encontre de la Russie, Jean-Paul Agon a indiqué que le marché russe était en baisse avant la crise ukrainienne et qu'il était encore trop tôt pour évaluer l'impact de ces mesures.

Le titre L'Oréal cède 1,58% à 124,40 euros à 11h24 à la Bourse de Paris, dans un marché en recul de plus de 1%.

(Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant