L'Oréal lanterne rouge du SBF 120 après ses ventes trimestrielles

le
2
Le logo L'Oréal sur le siège du groupe. (© T. Samson / AFP)
Le logo L'Oréal sur le siège du groupe. (© T. Samson / AFP)

Le titre du géant des cosmétiques signe le plus fort repli du SBF 120 dans un marché bien orienté. Hier, L’Oréal a dévoilé un chiffre d'affaires en croissance organique de 3,7% et de 10,1% en données publiées, à 5,9 milliards d'euros. 

Ce chiffre, satisfaisant dans l'absolu, n'a pas contené les marchés alors que le consensus des analystes tablait sur une accélération de la croissance organique au troisième trimestre. Principale division du groupe, les produits grand public progressent notamment moins qu'attendu

Par zone géographique, l'Amérique du Nord porte la croissance, avec une progression de l'activité de 3,8% alors que l'Europe de l’Ouest (+2,5%) et les nouveaux marchés (+3,6%) ont, là aussi, un peu déçu.

 

La croissance est restée bien orientée dans toutes les divisions du groupe et dans ses principales zones géographiques d'activité.

L'Oréal a réitéré sa prévision, non chiffrée, d'une croissance «significative» de ses ventes et résultats en 2015, devant lui permettre de «surperformer à nouveau» le marché des cosmétiques.

La baisse du titre peut sembler excessive, compte tenu de ces résultats de qualité, mais ils s'expliquent par la valorisation très exigeante du groupe alors que le titre se négocie plus de 28

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berkowi le vendredi 30 oct 2015 à 12:31

    La seule chose que je retiens, c'est que le "consensus" c'est à dire les analystes qu'on ne veut pas nommer...,J'ajoute, qu'il vaut mieux gérer son portefeuille tout seul, car les analystes sont juges et parties et de toutes façons, c'est vous qui payé les pots cassés, pas eux !!

  • berkowi le vendredi 30 oct 2015 à 12:28

    La seule chose que je retiens, c'est que le "consensus" c'est à dire les analystes qu'on ne veut pas nommés, se sont trompés à nouveau et c'est l'Oréal qui paye ces erreurs. Car qui vend ? pas les particuliers car il n'y a pratiquement plus de particuliers à la bourse d française. Ce sont les analystes qui ont pris leurs désirs pour des réalités et se sont mis à vendre pour justifier de leurs erreurs d'interprétation.