L'Oréal fait progresser sa marge au premier semestre

le
0
L'ORÉAL PORTÉ AU 1ER SEMESTRE PAR SA DIVISION GRAND PUBLIC
L'ORÉAL PORTÉ AU 1ER SEMESTRE PAR SA DIVISION GRAND PUBLIC

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - L'Oréal a fait état jeudi d'une solide progression de ses résultats semestriels, surtout tirés par l'amélioration de la rentabilité de sa division de produits grand public, première du groupe.

Le numéro un mondial des cosmétiques, propriétaire de Garnier, Lancôme ou Yves Saint Laurent Beauté, a vu son résultat opérationnel augmenter de 7,7% à 2,04 milliards d'euros -un chiffre proche du consensus Thomson Reuters I/B/E/S (2,05 milliards d'euros)- plus rapidement que les ventes (+5,4% en données comparables sur la période). ]

La marge opérationnelle progresse ainsi à 17,4% par rapport aux 16,9% du premier semestre 2012, elle aussi en ligne avec les attentes des analystes.

Cette performance s'explique par une amélioration de la marge brute (en hausse de 70 points de base à 71,7% des ventes), grâce notamment à des effets de change et un mix plus favorable lié au lancement de nouveaux produits, tandis que les dépenses publicitaires sont restées stables et que les frais administratifs et commerciaux ainsi que les dépenses de recherche et développement ont légèrement augmenté.

"Les chiffres sont sans surprise, mais la progression de la marge brute est encourageante et a permis une hausse des dépenses de recherche", commente Alex Howsonun, analyste chez Jefferies.

Il relève cependant que la stabilisation des dépenses publicitaires évoquée par le groupe s'entend à taux constants.

"A taux courant, les dépenses sont en baisse de 15 points, ce qui relativise un peu les résultats".

TOUS LES REGARDS VERS NESTLÉ

La rentabilité s'est surtout améliorée dans la division grand public (Garnier, L'Oréal Paris, Maybelline), gagnant 90 points de base à 20,8%, et dans la cosmétique "active" (La Roche Posay, Vichy), la plus petite des divisions cosmétiques, qui a pris 120 points à 27,3%.

Les produits de luxe (Lancôme, YSL, Armani ou Clarisonic) dont la croissance a décéléré au deuxième trimestre, voient quant à eux leur rentabilité augmenter de 50 points à 20%.

Pour l'ensemble de 2013, le groupe réitère sa prévision de surperformance par rapport au marché mondial des cosmétiques -dont la progression s'est tassée à 3,5-4%- et dit anticiper une nouvelle hausse de ses résultats.

En Bourse, le titre L'Oréal a fini à 122,40 euros jeudi avant ces annonces, signant une hausse de près de 17% depuis le début de l'année.

La valeur, qui surperforme largement ses grands concurrents comme Estée Lauder ou Beiersdorf, reste soutenue, aux dires des analystes, par des spéculations entourant les intentions de Nestlé qui détient 29,5% au capital du groupe.

Le patron du géant suisse de l'agroalimentaire a fait savoir qu'il ne prolongerait pas l'accord de préemption qui lie Nestlé aux Bettencourt, faisant monter la pression sur la famille héritière du fondateur du groupe et qui en détient 30,5%.

L'utilisation d'une trésorerie pléthorique et le sujet Nestlé ne manqueront pas d'être abordés vendredi matin, lors d'une conférence que tiendra le PDG du groupe, Jean-Paul Agon, à partir de 9h00.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant