«L'Oréal entre dans une nouvelle époque»

le
0
INTERVIEW - La crise et l'affaire Bettencourt sont oubliées. Jean-Paul Agon, le DG du leader mondial des cosmétiques en devient président, à la place de Lindsay Owen-Jones. En Bourse, le titre est lourdement sanctionné par les investisseurs.

Après avoir vu ses ventes et ses profits reculer en 2009, le leader mondial des cosmétiques a retrouvé sa santé d'avant crise. Son chiffre d'affaires a progressé de 5,6 % l'an passé, à 19,5 milliards d'euros. Son résultat d'exploitation a, lui, bondi de 18,6 %, à plus de 3 milliards d'euros. Jean-Paul Agon, directeur général depuis 2006, prendra la présidence du groupe le 17 mars, suite au départ de Lindsay Owen-Jones.

En Bourse, ce vendredi, les investisseurs boudent le titre, déçus par les résultats qui n'ont apporté aucune bonne surprise. Il perd 4,22% à 85,72 euros. UBS a notamment abaissé sa recommandation sur le titre à «neutre» contre «acheter».

LE FIGARO. - Quel bilan tirez-vous de 2010 ?

JEAN-PAUL AGON. - La crise est clairement derrière nous, les résultats parlent d'eux-mêmes. L'Oréal a très bien rebondi en 2010, avec une forte croissance des ventes à taux de change constants, un chiffre d'affaires record, une croissance très signific

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant