L'optimisation fiscale a représenté $221 mds en 2015-Onu

le
0
    par Tom Miles 
    GENEVE, 3 mai (Reuters) - Les entreprises ont déplacé 221 
milliards de dollars (191 milliards d'euros) dans des pays à la 
fiscalité avantageuse en 2015, en premier lieu le Luxembourg et 
les Pays-Bas, et 72 milliards de dollars d'investissements ont 
été dirigés vers deux paradis fiscaux britanniques, les Iles 
Vierges britanniques et les Iles Caïman, ont fait savoir les 
Nations Unies mardi. 
    Ces mêmes entreprises ont cependant retiré des milliards du 
Luxembourg et des Pays-Bas au dernier trimestre 2015, ces deux 
pays ayant imposé de nouvelles règles européennes réprimant les 
manoeuvres fiscales abusives. 
    Les flux d'investissement vers les Iles Vierges britanniques 
et les Iles Caïman sont en gros conformes à la moyenne des 
dernières années mais leurs sources ont changé, les pays en 
développement se substituant aux pays riches, lit-on ans le 
rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le 
développement (CNUCED). 
    De 2010 à 2014, Hong Kong, les Etats-Unis, la Russie et la 
Chine étaient les quatre principales sources. 
    A la suite de la publication des "Panama papers", des 
informations qui ont révélé au grand jour le recours massif à 
des paradis fiscaux et à des sociétés écrans par des personnes 
physiques et des entreprises de nombreux pays, les ministres des 
Finances et les banquiers centraux du G20 ont menacé le mois 
dernier de pénaliser les paradis fiscaux qui ne se plieraient 
pas aux efforts de partage automatique d'informations. 
  
     "L'absence de lien entre les lieux de production des 
revenus et ceux des résultats productifs de l'investissement se 
traduit par d'importantes pertes budgétaires, constituant de ce 
fait une préoccupation première des autorités", observe l'Onu. 
    Les flux d'investissement trimestriels dirigés vers des 
véhicules ad hoc ou "special purpose entities" (SPE) aux 
Pays-Bas ont atteint 148 milliards de dollars au troisième 
trimestre, au plus haut depuis 2007, mais la tendance s'est 
ensuite brutalement inversée. 
    Les flux vers le Luxembourg ont nettement augmenté de 
janvier à septembre 2015, représentant le triple de la période 
comparable de 2014, puis sont devenus négatifs avec une 
décollecte nette de 115 milliards de dollars au dernier 
trimestre. 
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand 
Boucey) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant