L'opposition va boycotter les élections au Burundi

le , mis à jour à 15:17
0

BUJUMBURA, 26 juin (Reuters) - L'opposition burundaise a décidé de boycotter les élections pour protester contre la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat et en raison des doutes pesant sur l'honnêteté du scrutin, ont déclaré vendredi des responsables de plusieurs partis. La candidature du chef de l'Etat a plongé le pays dans sa pire crise politique depuis la fin de la guerre civile en 2005, faisant des dizaines de morts et près de 130.000 déplacés qui ont fui dans les pays voisins, soit 1% de la population. En annonçant le boycottage par une alliance de 17 partis d'opposition de l'élection présidentielle du 15 juillet et des législatives prévues lundi prochain, François Nyamoya, secrétaire général du MSD (Mouvement pour la solidarité et le développement), a déclaré à Reuters que le scrutin n'aurait "aucune crédibilité". Frédéric Bamvuginyumvira, du parti Frodebu, a expliqué de son côté que les opposants rejetaient le nouveau calendrier électoral établi de manière unilatérale par le pouvoir, selon lui, une accusation rejetée par le gouvernement. Il a réclamé une nouvelle fois le désarmement des membres de la Ligue des jeunes du parti de Pierre Nkurunziza, le CNDD-FDD, une demande également formulée par les pays occidentaux et africains. Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a exprimé vendredi "sa plus grande inquiétude face au contexte politique et sécuritaire" au Burundi et appelé dans un communiqué le président Nkurunziza à reporter les élections. (Clément Manirabarusha, avec Michelle Nichols aux Nations unies; Tangi Salaün pour le service français, édité par Guy Kerivel)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant