L'opposition ukrainienne joue la carte de l'Euro 2012

le
0
Les partisans de l'ex-première ministre emprisonnée, Ioula Timochenko, entendent mélanger sport et politique.

Envoyé spécial à Kiev

Sur l'avenue Krechtchatik, la grande artère de Kiev, l'ambiance est autant au football qu'à la politique. Au sein de la zone spécialement dédiée par la mairie aux fans du ballon rond, trône le cochon Fountik de 380 kg. Emprisonné dans sa cage, le goret bien dodu s'apprête à prédire les résultats des matchs de l'Euro 2012. Non loin, une vingtaine de partisans de l'ancienne première ministre, Ioulia Timochenko, condamnée à sept ans de prison pour «avoir bradé les intérêts énergétiques de l'État ukrainien», campent sous des tentes militaires. Le tout à deux pas de la place Maïdan, épicentre de la «révolution orange» qui, en 2004, porta au pouvoir la dame à la natte. Aujourd'hui, la principale figure de l'opposition au président Viktor Ianoukovitch se dit victime d'une vendetta politique.

«Halte aux répressions politiques. Liberté pour Ioulia Timochenko et l'Ukraine», claquent les slogans spécialement traduits en anglais. «Not

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant